Kalila wa Dimna à Dijon : « l’herbe est toujours plus verte ailleurs »

14 mai 2017 Par
Elodie Martinez
| 0 commentaires

Les 11, 13 et 14 mai, l’Opéra de Dijon reprend la production créée au Festival d’Aix-en-Provence l’été dernier, Kalila wa Dimna du franco-libanais Moneim Adwan, inspiré d’un recueil de fables (les Fables de Bidpaï) datant du IIIe siècle avant J.-C. et destiné à l’origine à l’éducation morale des princes, rappelant ainsi les Fables de La Fontaine. Le spectacle raconte ici l’histoire simple d’un homme d’origine humble dont le désir de pouvoir mènera sur les chemins sombres de la jalousie, au point d’organiser la mort du poète Chatraba, favori du roi et poète aimé du peuple. Une « mise en garde contre la manipulation du langage, et notamment du langage politique » comme l’indique le livret. Toutefois, si l’idée de créer un opéra en langue arable (avec des passages en français, nous y reviendrons) mérite un certain intérêt et créé la curiosité, on peu s’interroger sur le résultat final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *