Présentation du Festival MARTO !, festival de théâtre de marionnettes et d’objets à partir du 18 mars dans les Hauts-De-Seine

3 février 2016 Par Mathieu Dochtermann | 0 commentaires

Le programme de la 16ème édition du Festival MARTO !, consacré par dix communes du département 92 aux arts du théâtre de marionnettes et d’objets, vient d’être dévoilé. De belles surprises, un festival qui ose de nouvelles propositions, des spectacles de grande qualité à ne pas manquer!

Pour cette 16ème édition le Festival MARTO ! se refait une jeunesse, et innove pour mieux aller à la rencontre de ses publics.

D’abord, le festival repousse se limites géographiques: plusieurs nouvelles communes et nouveaux lieux de diffusion au sein des Hauts-de-Seine rejoignent le Festival, portant le nombre de lieux d’accueil des spectacles à 10.

Nouvelle temporalité, également : du mois de Novembre, le festival se transporte au mois de Mars. Cela s’inscrit dans une ambition d’ouverture du Festival hors de ses murs : le climat printanier (espéré) va permettre de déployer des spectacles dans la rue, pour aller à la rencontre de nouveaux publics.

Bonne nouvelle également : le festival va oser la programmation de spectacles à destination des jeunes publics. C’est le signe qu’après 15 années d’existence le festival a atteint la maturité nécessaire à assumer ce risque : risque, parce que la hantise et le combat du théâtre de marionnettes, ces dernières décennies, a été d’éduquer le public adulte à l’idée que les marionnettes ne sont pas cantonnées à des formes simplistes ou enfantines, mais qu’elles peuvent au contraire traiter de thèmes « adultes », dans la tradition d’un théâtre populaire capable de grivoiserie, de cruauté ou d’exigence. Sortir de la crainte de se « ghettoiser » en proposant des spectacles jeunes publics, est un signe certain de confiance dans le public et dans l’image du Festival.

Le Festival portera donc des propositions variées: 19 spectacles explorant tout le spectre des arts de la manipulation, avec quelques reprises, mais aussi de très intéressantes créations. On relèvera particulièrement la présence de Polina Borisova avec un spectacle intitulé Skazka, fortement recommandé. Autre création à suivre, Anywhere d’Elise Vigneron et du Théâtre de l’Entrouvert, avec un travail plastique qui promet d’être passionnant sur des marionnettes de glace. La Compagnie Moussoux Bonté viendra présenter Whispers, forme dansée jouant sur les manipulations sonores. Au titre des reprises, on peut souligner l’occasion de voir Les trésors de Dibouji, chef-d’oeuvre de Roland Schön, interprété ici par Frédéric Maurin, une forme immersive ouverte à tous les publics, à ne pas manquer ! Du côté des invités internationaux, La ferme des animaux présentée par le Llubjana Puppet Theatre constitue également un spectacle à ne pas manquer, et Hôtel de rive, avec la participation de Frank Soehnle, virtuose de la marionnette à fils, spectacle hommage à l’univers du peintre Giacometti, mérite également toute l’attention des amateurs. On y retrouvera aussi Lady Macbeth, reine d’Ecosse de Colette Garrigan, chroniqué ici même il y a peu.

Certaines propositions, donc, seront faites dans la rue : deux petites formes, La vieille et son pianiste du Boustrophédon, à la croisée de la marionnette et de disciplines circassiennes, et Lopango, de Fabrice Nabet, une histoire sensible pour marionnettes de taille réduite. Itinérant dans toutes les villes accueillant le Festival, La caravane de l’horreur invitera 17 spectateurs à découvrir son spectacle aussi atypique qu’inquiétant.

En somme, un festival très riche en propositions de grande qualité, dont Toute La Culture ne manquera pas de tenir ses lecteurs informés.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: