Les parcours de femmes pour des yeux d’adolescents, portrait Letellier à Chaillot

11 février 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

En novembre, le metteur en scène de Oh Boy ! Olivier Letellier, artiste associé du Théâtre de Chaillot présentera un spectacle joué par trois hommes qui racontera le parcours d’une femme ayant adopté au Brésil. L’idée pour lui, en ces temps troublés et de montrer des parcours féminins et féministes à des mômes à partir de 9 ans. En attendant, il est possible de voir en ce moment à Chaillot, trois formes pour trois histoires qui tournent autour du parcours de Suzanne, qui va adopter un enfant.

Je ne veux plus, de Magali Mougel Me taire de Sylvain Levey et Maintenant que je sais de Catherine Verlaguet composent ce triptyque dont on a pu voir les deux derniers. Me taire s’adresse aux grands enfants à partir de 10 ans. Il nous raconte l’histoire de Paloma qui de sa Favela rêve de devenir mannequin. La scénographie est brillante composée d’un long écran comme dans un studio photo et entouré de bassines comme dans les Favelas. L’incroyable Olivia Dalric est tout un monde. La petite fille, l’ado, la jeune femme, la mère à tous ses âge, mais aussi et entre autres Angélina, celle qui brise les frontières entre les mondes.  On embarque complètement dans le conte initiatique de cette gamine qui, au commencement et longtemps, ne prends comme seul repère ce qui est « beau » et ce qui n’est « pas beau ».

Le spectacle fonctionne très bien malgré quelques facilités dans l’histoire : le cancer d’Angelina ou la révélation de son âme militante déboulent sans crier gare. Me taire vient nous saisir par le rire ( quelle merveilleuse idée de faire raconter à Paloma sa passion pour un soap.) Mais aussi, Me taire vient nous saisir par les petits détails qui tiennent du génie.Olivia Dalric s’allonge sur un carré de lumière et elle devient une mannequin allongée dans sa chambre d’hôtel. Elle resserre son débardeur et elle se transforme en Angélina, dame des beaux quartiers.

Par touches Letellier fait comprendre la distinctions entre les groupes. Et pour ces pré-ados la question centrale est là : à quelle bande je veux appartenir.  Est-ce que je porte la bonne fringue ? Suis-je assez passe-partout ?


Olivier Letellier – auteur en résidence… par Theatre_de_Chaillot

La seconde proposition, Maintenant que je sais nous fait voyager dans le temps.  15 octobre 1983, Hélène à 32 ans.  Elle est journaliste pour l’AFP. Dix ans auparavant elle avait mis les pieds au Brésil pour faire un reportage sur le Carnaval. Très vite elle rencontre Luis, qui est avec sa compagne Magdalena un membre actif de ce que la dictature nomme « la dissidence ». Il lui dit « le carnaval c’est un vernis sur la merde ».  Elle va se retrouver au cœur des exactions du pouvoir en place et en charge de révélations immenses. Le spectacle immersif place les spectateurs dès 15 ans au centre du plateau. La comédienne Jeanne Favre joue là-encore tous les rôle mais dans un jeu qui cherche trop les éclats.  Si on embarque avec elle durant toute la mise en place du spectacle, on l’abandonne rapidement, lassé par la rythmique très télévisuelle de la posture. Les envolées de la voix donnent l’illusion d’un spectacle à sensations en décalage avec le dispositif et le talent de Jeanne Favre. Il y a pourtant des idées magnifiques, comme toujours chez Letellier, qui là aussi, l’air de rien, en changeant juste un foulard de place, le glissant du cou aux cheveux, nous fait basculer dix ans en arrière.

Visuels : Chaillot


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: