« Le préambule des étourdis », un récit sur la différence

28 décembre 2016 Par
Léa Sanchez
| 0 commentaires

La Compagnie Hippolyte a mal au cœur propose « Le préambule des étourdis » jusqu’au 30 décembre au théâtre Paris-Villette, avant plusieurs représentations prévues dans différentes régions françaises. Ecrit et mis en scène par Estelle Savasta à partir de La petite Casserole d’Anatole d’Isabelle Carrier, ce spectacle tout en sensibilité aborde le thème de la différence et de « tous nos handicaps minuscules ». Une création proposée aux plus de sept ans. 

preambuledesetourdis2

Dans sa chambre, Anatole se tortille, se tourne et se retourne au fond de son lit. Incapable de dormir, tant il est assailli de questions existentielles. A la peine, Anatole l’est aussi quand, chaque matin, il doit faire des choix qui peuvent paraître des plus anodins – comme celui de son tee-shirt.

Dans cette création d’Estelle Savasta librement adaptée de La petite Casserole d’Anatole d’Isabelle Carrier, c’est l’acteur Bastien Authié qui mime sur scène, pendant près d’une heure, les gestes maladroits d’un Anatole encombré par sa difficile relation au monde qui l’entoure. Tous les jours, ce garçon qui a trouvé dans l’art un moyen de réussir à se raconter traîne une casserole rouge attachée à la jambe.

preambuledesetourdis

Une casserole symbole de ses “différences” avec les autres enfants. Avec eux, pas de communication possible et un grand lot d’incompréhensions. “Sa casserole était là, et on ne voyait que ça”, résume doucement Miette. C’est sa voix douce qui guide les jeunes spectateurs tout au long de la pièce.

Sur scène, la séparation entre Anatole et le groupe d’enfants dont Miette fait partie est matérialisée par une vitre opaque. Des autres enfants, on ne voit que les silhouettes. Malgré leurs plaisanteries, Anatole revient toujours “car être moqué était toujours moins pire que de ne pas exister du tout”, explique la voix de Miette. Mais peu à peu, celle que les enfants appellent la “petite” va se détacher du groupe pour se rapprocher d’Anatole.

“J’avais envie de mettre nos casseroles au pied du mur, de les pousser dans leurs derniers retranchements, d’interroger nos séjours prolongés sur la lune, nos têtes ailleurs et tous nos handicaps minuscules”, explique la metteur en scène Estelle Sagasta. Issu d’un processus de création original, puisque le spectacle est né au contact d’écoliers, “Le Préambule des Etourdis” s’adresse aux enfants de moins de sept ans. Mais il est aussi à même de ravir les adultes.

En combinant théâtre, mimes, magie et danse avec une touche d’humour, le tout appuyé par des effets lumineux et sonores efficaces, Estelle Sagasta parvient à captiver le public et à l’intéresser à ces handicaps et à ces bizarreries de comportement qui peuvent susciter le rejet d’un individu par les autres. Mais l’histoire d’Anatole, c’est aussi avant tout celle d’une rencontre et d’une “solidarité des ébranlés” entre deux personnages pour surmonter leurs difficultés d’être.

La dernière représentation du Préambule des étourdis au Théâtre Paris-Villette aura lieu vendredi 30 décembre à 19h. D’autres dates sont prévues dans toute la France en 2017 : Le Pont de Claix (38) le 25 janvier, Savigny-le-Temple (77) les 1er et 2 février, Langogne (48) les 23 et 24 février…

Visuels : images du spectacle © Danica Bijeljac


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *