« Le loup qui voulait être un mouton » : un conte sur la différence mis en marionnettes

27 janvier 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Le loup qui voulait être un mouton est un célèbre album de Mario Ramos. Désormais c’est un bon jeune public mis en marionnettes par la compagnie Ladgy Prod. A voir au théâtre l’Akteon jusqu’au 30 mars.

C’est l’histoire d’un drôle de loup, du genre qui ne fait pas peur aux enfants. C’est fou quand on y pense cette peur panique d’un animal que les urbains croisent peu finalement. La force de l’inconscient est formidable. Mais revenons à nos moutons, oui les moutons, ceux que ce petit loup matte comme un fou pour en comprendre les secrets. Ils ont des poils en forme de nuages qui s’envolent. Et lui, il reste cloué au sol avec sa drôle de voix bien différente de celle solide du reste de  la meute. C’est décidé il deviendra un mouton et il prendra son envol.

Le duo de comédiens-marionnettistes, Cédric Révellon et Ghislaine Laglantine, ne nous parlerons pas. Ils hurlent, gémissent et aboient côté loup et bêlent du côté troupeau. Ils mettent en mouvement les très belles marionnettes, stylisées et graphiques de Francesca Testi et Ghislaine Laglantine. Deux cônes inversés et deux petits ronds et voici un loup. Une boule de poil et des yeux qui semblent ribouler, et c’est un mouton.

Sur scène, il y a tout un monde : trois mini plateaux sont le support à trois univers : la forêt, la prairie et le ciel. Les éléments sont bien sur évident à saisir pour l’enfant qui comprend aisément les enjeux de ce parcours initiatique qui verra ce loup risquer sa vie pour atteindre un impossible rêve,transcender le tout puis trouver un chemin de vie qui lui ressemble, dans une différence assumée.

Le spectacle est élégant et drôle, il fait même un peu peur parfois. Le travail de la compagnie prouve une nouvelle fois que le jeune public, même avant trois ans, doit se penser de la sorte, de façon belle et jamais debilisante. Ici les enfants ne sont pas pris pour des idiots et sont plutôt attentif à cette histoire qui résonne avec leurs terreurs et leurs questionnements.

Le spectacle est annoncé à partir de deux ans mais la configuration de la salle, classique, qui ne permet pas de circulation des enfants est d’avantage adaptés aux scolarisés.

Visuels : DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: