Patson : le cow-boy du stand-up au Théâtre du Gymnase

31 mai 2013 Par
Camille Hispard
| 0 commentaires

Depuis son succès au Jamel Comedy Club, l’humoriste aux multiples talents continue de sillonner les scènes parisiennes, distillant ses vannes corrosives et ses missiles ravageurs, sur un registre un brin usé mais tout de même très efficace.

Patson scene olympia (c) Thierry PlsessisIl fait son entrée chapeau de cow-boy bien ancré sur la tête, histoire de bien nous faire comprendre que ça va tirer de tous les côtés et sur tout le monde. Prêt à dégainer, Patson entame son show. Fort de son succès après ses passages dans l’émission de Jamel Debbouze, le Jamel Comedy Club, le comédien, humoriste parfois même chanteur, possède sur scène une énergie rare et une envie transcendante de partager avec son public, quitte à lui envoyer des vannes bien senties en pleine face. Un conseil, n’arrivez pas en retard à son spectacle car la proximité surprenante et vraiment rafraichissante du cow-boy envers ses spectateurs ne vous épargnera pas et vous serez très vite pris à partie !

 Le fond de commerce de Patson, c’est de jouer sur les différences en se moquant des races, des religions, des accents, des couleurs et des petits travers de l’homme : « tout le monde prend cher », précise-t-il, afin d’égaliser les angles. Ajoutant dans un élan misogyne dont il s’amuse largement : « et les femmes je vous charge bien ! »

Au programme, ça tacle les politiciens avec subtilité et légèreté et ça dédramatise des sujets tels que l’intégration, l’immigration et les différences entre les peuples qui sont ses fers de lance et dont il s’amuse, voguant d’une rive à l’autre. Patson se moque des blancs, des jaunes, des noirs sans aucun tabou, complètement libre de ses mots. Même si cet humour souvent basé sur un constat racial a été, ces temps-ci très éculé, Patson a le mérite de le faire très bien et de savoir créer une véritable osmose avec son public. Cette interactivité quasi-physique avec ses spectateurs fait du bien et donne beaucoup de rythme au spectacle.

Il se joue de lui même et se gave d’une autodérision savoureuse tout en déroulant une partition bien menée. On regrette parfois des envolées plutôt vulgaires et inutiles quand on voit de quelle subtilité il fait preuve à d’autres moments.

Patson scene olympia2 (c) Thierry PlsessisLe public est hilare et s’enflamme lorsqu’il entame son désormais célèbre sketch sur la diarrhée qui, certes ne fait pas dans la dentelle, mais ne peut nous empêcher de nous marrer, tant le comédien est efficace et expressif.

« Mon nom est Patson » est un spectacle vivant, un vrai stand-up qui se nourrit des autres et des réactions de l’auditoire. Ca explose de rire dans tous les sens, ça gueule, ça vit et ça détend : âmes sensibles, s’abstenir !

Visuel (c) : Photos Cécile Rogue.