Le génie de Bel, les facilités de Millepied, la délicatesse de Robbins pour un programme contemporain à Garnier

8 février 2016 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

C’est dans un Palais Garnier sous haute tension et encore abasourdi par l’annonce de la démission inévitable de Benjamin Millepied que se joue depuis vendredi un triptyque contemporain éclectique : Bel/Millepied/Robbins. Prises séparément les trois pièces vont du chef-d’oeuvre (Bel) à l’ennui (Millepied) en passant par la virtuosité (Robbins).