[June Events] Le couple dans tous ses états

17 juin 2016 Par Christophe Candoni | 0 commentaires

Grotesque et outré dans Jaguar, la performance volontiers grimaçante de Marlene Monteiro Freitas, sensuel et écorché dans le renversant This duet that we’ve already done (so many times) de Frédérick Gravel, le couple se présente sous des formes très contrastées au festival June Events.

Tout de blanc vêtus à la mode rétro des joueurs de tennis, microshort et polo, chaussettes hautes et bandeau frontal, munis de serviettes-éponges, nos athlètes du ridicule s’étirent et se dandinent énergiquement, se dépensent sans compter sur une bande-son assourdissante qui mêle rythmes techno-pop et musique classique. Le match semble perdu d’avance pour la chorégraphe et son acolyte Andreas Merk qui surjouent leurs intentions épaisses et dérisoires. Si le duo s’illustre dans quelques fulgurances clownesques, il lasse surtout et agace de ses vaines démonstrations. Aussi répétitive qu’anecdotique, la prestation en devient péniblement longuette.

La parade amoureuse du couple sexy que composent Frédérick Gravel et Ellen Furey est à la fois nettement plus rock et infiniment plus tendre. Sans avoir recours à quelconque artifice, les deux danseurs se présentent dans une simplicité ordinaire et cherchent à s’apprivoiser, se séduire. Les gestes et les corps cadenassés puis libérés traduisent une attitude drôle et touchante empreinte d’abord d’une irrépressible inhibition et résolue ensuite au lâcher prise le plus jouissif. Les corps électriques, intranquilles, s’attirent et cèdent au désir. Ils s’agrippent, s’arrachent, les vêtements, les cheveux, la peau même. Leur union délicate et tapageuse, portée par un accompagnement musical qui ne l’est pas moins, dit bien la rage et le feu de la passion. Toute aussi douce que rude, la pièce est d’une brûlante beauté.

Jaguar, donné le 14 juin 2016 à l’atelier de Paris Carolyn Carlson, This duet that we’ve already done (so many times), donné le 16 juin 2016 à l’Aquarium, dans le cadre de June Events à la Cartoucherie de Vincennes.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: