« Amas », les quêtes de Myriam Gourfink

13 janvier 2017 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

En ouverture du festival Faits d’hiver, la chorégraphe et yogi Myriam Gourfink présentait Amas, sa nouvelle création, qui s’inscrit dans le fil respiratoire de son travail sur la beauté de la lenteur.

une_amas

A quelques exceptions prés, comme Data Noise, Myriam Gourfink est coutumière de pièces de groupes où la lenteur devient fascinante. Danser sa créature, Une lente mastication au T2GBestiole  ou récemment Gris à Beaubourg… Toutes ces pièces traduisent en mouvement les concentrations de la méditations tibéthaine, toujours portées par le son tellurique des machines de Kaspert T. Toeplitz.

Amas ne manque pas à la règle. Les danseuses entrent en scène une par une et se placent au sol. elles sont éclairées par un carré de projecteur à la lumière blanche. Elles portent des tee-shirts noirs cintrés et des pantalons au motif pied de poule. L’image est à la fois futuriste et passée. Pendant une heure, elles vont tenter de retrouver la verticalité. Gourfink interroge à chaque fois un peu plus l’acte de danser. Comment un corps évolue dans un espace donné ? Comment le corps change-t-il la perception de l’espace? Et surtout, comment le son, vibratoire et pénétrant des machines vient-il transformer ces sensations ?

Alors, tout n’est ici que détail. Le mouvement se fait posture, impossible à prévoir. Les alignements sont poussés, les équilibres ahurissants. Car comment tenir le geste dans un ralentissement perpétuel ? La respiration devient alors un événement visible qui entre en nous. La magicienne Gourfink arrive une fois de plus à nous troubler en ne nous autorisant pas à voir une pièce de groupe en harmonie. Chacune est dans sa temporalité. Les corps sont ici tous différents, on remarque même une danseuse enceinte. Comme dans le yoga, les limites ne sont pas collaboratives. Pourtant, l’ensemble fait sens dans sa diversité puisque tout amènera à retrouver la marche pour mieux encore s’installer dans une posture de confort.

Visuel : faits d’hiver