[Avignon Off / Interview] Première édition de Là ! C’est de la Musique du 16 au 19 juillet

13 juillet 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Du 16 au 19 juillet se tient à Avignon, au collège Joseph Vernet un festival dans le festival. Il s’agit de la première édition de Là ! C’est de la Musique. Pour l’occasion nous avons posé nos questions à Annie Rosenblatt, co-directrice du Festival.

Un festival dans le festival ! Cela peut étonner, pourquoi avoir choisi cette période là de l’année. Trouviez vous qu’Avignon manquait de musique ?

La musique est encore peu présente à Avignon, alors que la danse semble avoir clairement trouvé sa place. Quelques initiatives voient le jour, autour du Jazz et de la Chanson. C’est une bonne nouvelle, et cela témoigne qu’il existe une véritable attente ici pour cet art.
Ainsi, l’idée est née de créer un événement entièrement dédié aux Musiques, au coeur même du bouillonnant Festival de Théâtre, un festival dans le festival qui au fil du temps sera clairement identifié, un lieu ou l’on viendra en se disant « Là ! C’est de la Musique », permettant d’offrir au public, aux artistes et aux professionnels, une vitrine de la création musicale actuelle.

Quel est le fil de cette programmation ?
La créativité, la fusion, les musiques « d’Ici et d’ailleurs » celles qui puisent dans leurs racines, pour aller vers l’autre, et invitent au voyage. Tel Titi Robin qui explore depuis des années, les musiques du pourtours de la Méditerranée, de l’Asie Centrale et de l’Inde.

Nous avons aussi souhaité coller à « la philosophie » du festival de théâtre qui chaque année fait un focus autour d’une région du monde, pour cette édition, c’est le Moyen Orient qui est à l’honneur. Ainsi, en ouverture du festival, nous accueillons le « Khoury Project » trois frères jordaniens originaires de Palestine, ils jouent du oud, du qânoun, violon, et aiment s’allier à des formations musicales de traditions différentes pour, comme ils le disent, ouvrir plus grand les fenêtres. Un petit détours ce même jour vers le Maroc avec la chanteuse Oum qui de sa voix délicieusement soul, tresse avec délicatesse soul/jazz et Orient, nous offre un folk du désert épuré et fait jazzer des thèmes traditionnels berbère

Et puis il y a l’engagement, ainsi sommes nous très fières d’accueillir Pura Fé, indienne Tuscarora, artiste et activiste, qui nous livre des envolées vocales et des harmonies magnifiques, qu’elle met au service de textes habités sur le respect de la planète

Parlez moi de ces siestes électroniques qui me font rêver !
Ces siestes, c’est un peu la « cerise sur le gâteau » Un petit moment magique rien qu’à soi ou se laisser bercer.
Laboratoires musicaux, les siestes sont imprévisibles et uniques. Le public est invité à s’étendre (on peut même amener son oreiller), des musiciens, des comédiens, au centre de la salle, enchaînent des musiques, des récits, des fictions sans qu’aucun applaudissement ne vienne rompre le charme, il ne faudrait pas réveiller son voisin…
Ces siestes sont l’occasion pour Bastien Lallemant d’inviter des amis, et de faire avec eux une musique improvisée, inspirée du répertoire de chacun.
Attention, chut ! ici on rêve…

Informations pratiques :

http://www.lacestdelamusique.com/

Photo OUM ©Lamia Lahbabi + visuel siestes acoustiques


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: