PLK continue son ascension et vise le Platinium

4 mai 2018 Par
Mathieu Michel
| 0 commentaires

Le mois d’avril a été riche pour le hip-hop français… On a eu la chance de consommer l’album de Médine, Storyteller ou 3 du mat de Lefa. Alpha Wann a dégainé sans prévenir. Nemir a choisi le même schéma. Au moment où on s’attendait à un album imminent, il a sorti un EP de 6 Hors-séries de très bonne qualité. Vivement l’album ! Mais pour l’heure, c’est le projet de PLK qui a retenu notre attention. (Bon d’accord, il est sorti le 30 mars mais ça compte quand même !)

7 mois après la sortie de son premier projet solo dans les bas, le jeune Polak du Panama Bende revient avec une seconde mixtape : un projet de 17 sons qui valorise le travail de l’ombre d’un des rappeurs les plus prometteurs du game.

Depuis sa signature chez Panenka Music, PLK a pris du level ! Le projet est cohérent, aucun morceau à jeter, il signe un sans-faute. L’ensemble de la mixtape sonne à la fois très rap et très musical. Toujours entre banger et hit, le rappeur de 21 ans réussit à ne pas tomber dans le « prêt-à-consommer » de mauvaise qualité. Malgré une trame fixe clairement définie, il ne s’est pas borné à un seul style de rap. Avec la sortie du clip Dis-moi oui, on avait pu découvrir le MC du 14e dans un style qu’on ne lui connaissait pas et dans lequel il s’exerce pourtant à merveille. Sur une ambiance brésilienne et sur fond d’égotrip, PLK dévoile son côté séducteur et coquin.

« Elle est fan de moi depuis le lycée, tous mes vieux sons elle avait déjà pisté
Une groupie qui sur moi avait misé, elle a toujours rêvé de moi, je la fais trop kiffer. »

Le résultat est plus qu’entraînant et il signe ici son premier vrai hit. Il s’essaie aussi au storytelling dans La rue, où il détaille le parcours d’un jeune de banlieue qui glisse vers le banditisme. PLK parle beaucoup de ses potes et multiplie les allusions à la tournée du Panama Bende après la sortie d’ADN, à l’image de Homies. Bien que Platinium soit plutôt énergique dans son ensemble, Mentalité conserve une ambiance plus calme, plus sombre et donne un extrait plus introspectif à l’album.

Une phase de High résume plutôt bien la mixtape :
« Ouais je sais, tu vas dire que je fais des hits
Un coup je suis sérieux, un coup je fais le pitre
Un coup je m’en fous, un coup je fais des clips »

Personnellement, mon coup de cœur se porte sur le 4ème titre, A A A : un hit bien entraînant mêlé composé de couplets très rap. Le morceau s’écoute à n’importe quel moment de la journée… Fan du résultat.

Seul bémol, les collaborations avec Lefa et Krisy n’apportent pas grand-chose en plus et ne sont clairement pas les meilleurs morceaux. Pour autant, les couplets de chacun sont très bons et s’alignent dans l’esprit du projet.

Une mixtape qui n’en a que le nom, tant elle se rapproche de l’album par sa cohérence et le travail dont elle témoigne. Un projet aussi abouti que prometteur pour ce jeune rappeur de seulement 21 ans. A consommer sans modération.

plk-platinium

Crédits photos : PLK – Platinium