[Live Report] Ciné-Jam : Edgar Sekloka et Blick Bassy revisitent Chaplin entre rap et blues africain

23 mai 2017 Par
Gilles Herail
| 0 commentaires

Toutelaculture était à l’avant-dernier rendez-vous de la saison 2017 de Ciné-Jam qui revisite à sa manière (et avec beaucoup de modernité) l’œuvre de Chaplin. Le résultat hybride entre projection et concert fonctionne toujours aussi bien, avec un peu moins de stand-up mais une vraie complémentarité entre le rap conscient d’Edgar Sekloka et le blues africain solaire de Blick Bassy. Live Report.

seance_exclu_cine_jam_v7_webPrésentation de Ciné-Jam par MK2 (extraits du site internet): « Le chanteur, poète et écrivain Edgar Sekloka se produit accompagné de ses musiciens et d’un invité de renom, le temps d’une séance exceptionnelle. Chaque soirée donne à voir et à entendre une création musicale originale et inédite revisitant une oeuvre cinématographique de Charles Chaplin. Band musical : Edgar Sekloka (chant), Simon Chenet (guitare) et Xavier Hamon (percussions) ».

Nous vous avions parlé ici du précédent épisode de Ciné-Jam, proposition artistique profondément originale qui rend hommage au cinéma de Chaplin en inventant un format nouveau : la projection d’un moyen-métrage muet accompagné d’une musique et de textes originaux rappés suivie d’un show-case en bonne et due forme qui transforme le MK2 Gambetta en salle de concert. Le rap conscient d’Edgar Sekloka s’est parfaitement marié à Charlot Mitron, comédie à gags évoquant en toile de fond les rapports de classe et les mouvements de grève dans l’Amérique du début du 20ème siècle. Alors que l’invité du soir (Blick Bassy) apportait une touche plus solaire grâce à ses morceaux de blues africain trouvant une résonance toute aussi troublante avec les images de Chaplin. Le public conquis a pu assister à un final inattendu, invitant des élèves (survoltés!) d’un collège de Bobigny à monter sur scène pour interpréter un morceau racontant leur histoire (« Je m’appelle »). De nouveaux jolis souvenirs accumulés dans une formule artistique expérimentale dans son concept mais qui reste grand public grâce à sa simplicité, sa chaleur et sa générosité.

Gilles Hérail

Pour plus d’informations sur les deux prochaines sessions de Ciné-Jam ( 1er juin avec Abdominal) : consultez la page dédiée du site de MK2 : http://www.mk2.com/evenements/cine-jam-dedgar-sekloka

Ci-dessous, deux morceaux à découvrir d’Edgar Sekloka (Gamin, Gamine) et Blick Bassy (Ndjèl)