[Live-Report] Le concert décevant d’A$AP Nast au Trabendo

18 juillet 2016 Par Antoine Roynier | 0 commentaires

Samedi dernier, on s’est rendu au concert d’A$AP Nast au Trabendo. On ne savait pas à quoi s’attendre et on a été déçu. Cet artiste est surtout connu pour ses collaborations avec les rappeurs de son groupe, le A$AP Mob. Seul problème, ses partenaires n’étaient pas sur scène avec lui. Ce vide, TY Nast n’a jamais réussi à le combler. Bref, un show court et sans charme dans une salle remplie à minima.

On s’attendait à des surprises et à des invités de renom lors du concert d’A$AP Nast au Trabendo le 16 juillet. Malheureusement, nos espérances sont très vite tombées à l’eau. Il y avait une centaine de personnes dans l’expectative comme nous dans la salle du XIXe arrondissement. Tous des passionnés de Hip-Hop cherchant à savoir ce que va nous réserver le rappeur originaire de New-York. Dans les cercles de discussion, la conversation tourne autour de la tracklist. Un jeune homme demande à son ami « Tu penses qu’il va jouer Trillmatic ? ». Ce dernier lui répond «Je ne sais pas mais j’aimerai bien qu’il chante Yamborghini High ». De toute façon, la liste des chansons que peut interpréter Nasty Baby est bien courte. La carrière solo du rappeur d’Harlem est inexistante. Tous ses titres connus sont des featurings ou des couplets sur des tracks avec son collectif, le A$AP Mob.

Ce groupe, formé en 2006, est constitué de 14 membres dont les têtes d’affiche sont A$AP Ferg ou A$AP Rocky. Ses deux rappeurs n’ont plus rien à prouver en solo. Le premier s’est fait connaître du grand public avec Trap Lord. Un album avec des sonorités venant du sud des États-Unis qui ont fait bouger toutes les discothèques du monde. Le second a, quant à lui, une renommée encore plus grande. Son opus Long. Live. A$AP est certifié disque d’or. Lord Flacko est également connu pour ses talents de stylistes de mode. Nasty Baby compte justement sur cette notoriété pour vendre des places de concert. Seul hic, les deux vedettes de son collectif n’apparaîtront jamais sur scène. Cette absence, le MC d’Harlem n’arrivera jamais à la combler.

Après avoir laissé son backer et son DJ mettre l’ambiance sur des sons de Drake ou Kendrick Lamar pendant une trentaine de minutes, A$AP Nast arrive sur scène, le concert commence. Dès le début, quelque chose sonne faux. On comprend très vite que le rappeur chante sur une bande playback. Parfois, par soucis d’économie, il ne se donne même pas la peine de bouger les lèvres. Mais le principal problème de ce live tient dans la discographie de l’artiste. TY Nast ne peut rapper qu’une partie des chansons dans lesquelles il apparaît en featuring. Le reste des titres est alors assuré par un enregistrement CD boosté par les enceintes surpuissante du Trabendo. Ce vide est comblé par une distribution d’alcool au public. De quoi rendre nos fans de rap heureux. Après six chansons, le membre d’A$AP Mob demande à son DJ de mettre des morceaux de Rocky et Ferg. Dix sons s’enchaîneront ainsi. A$AP Nast, torse nue, ne fera que daber et danser dessus. Au bout de dix minutes, le chanteur disparaît sans un au revoir.

La majorité des personnes présentes au Trabendo regardent le spectacle en se demandant si le New-Yorkais reviendra sur scène. Ce ne sera pas le cas. Ils finiront par quitter la salle au compte-goute. Pourtant une partie minoritaire du public semble conquis. La vingtaine de spectateurs dans la fosse enchaînent les pogos et répètent les paroles des chansons qu’ils connaissent par cœur. Le quart de l’auditoire finira par monter sur scène pour se trémousser sur les rythmes lents du rap actuel. Finalement, cet événement aura plus ressemblé à une soirée en boîte qu’à un concert.

Visuel:© El Seven -Flickr


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: