[Chronique] Heskis, le rookie du 5 majeur compte passer All-Star

16 février 2017 Par
Guillaume Andre
| 0 commentaires

Membre de Hors II Portée et du 5 Majeur, l’un des collectifs de Nekfeu, Heskis a sorti, le 10 février 2017, son premier projet solo : GG Allin EP. Six titres en guise de lancer-franc. Un shoot  synonyme d’obtention du statut All-Star pour le Nantais ?

Heskis, c’est l’un des joueurs titulaires au sein du Cinq majeur, l’un des collectifs de Nekfeu réunissant également Fixpen Sill (Vidji et Kéroué) et Hors II Portée (Heskis et Hunam). On l’avait quitté après Variations, seul et unique album de groupe à ce jour, sorti en 2013. Quatre ans après, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Nekfeu empile les disques d’or et de platine, Fixpen Sill a sorti son deuxième album Edelweiss… D’ailleurs, on avait pu l’entendre sur le projet de ses potes nantais. Heskis a pris son temps pour nous proposer un EP intéressant qui appelle d’autres projets prometteurs. Le rookie du 5 majeur veut devenir all-star et le prouve.

La première chose qui frappe à l’écoute de cet EP, c’est la qualité des productions. Faisant la part belle aux sonorités nocturnes on a aucun problème à enfiler le casque et marcher ou rouler dans une ville plongée sous un voile nocturne et qui a pour seule robe, ses lumières. Heskis a su s’entourer pour choisir les sonorités qui composent l’EP. Ça donne une une ambiance qui ne déplaira pas aux noctambules. Sheldon, Vidji,

Heskis a faim. Le projet transpire cette envie débordante de s’implanter durablement dans le game et gagner sa place de titulaire parmi les visages qui comptent dans ce paysage rapologique.

Dès le premier morceau éponyme, il l’annonce, il compte rester en marge et ne pas se laisser embrigader par la tendance : « J’viens pas faire danser leurs bimbos /J’fais c’truc par amour et haine l’reste j’m’en bats la bite, gros ».  Amour de cette passion pour le son, il « ne pense qu’à noircir des feuilles d’puis l’adolescence », clame-t-il sur Cluedo, morceau sans refrain, où le MC démontre sa technique. Avec des variations et des placements de voix qui démontrent un savoir-faire et une expérience palpable. Haine de cette contre-façon souvent diffusée en masse sur certains médias… On ressent également une certaine aigreur à l’idée de vivre dans ce monde actuel et une envie de s’en évader. « Le monde est noir, le ciel est rose », dit-il sur Gas Station.

Heskis a fait du chemin depuis ses débuts, depuis ses partitions réalisées avec Hors II Portée ou le Cinq Majeur. Avec cet EP, celui que l’on considérait encore comme un rookie attisant la curiosité nous envoie un shoot décisif pour faire basculer le match et prolonger le plaisir, tel un Ray Allen en 2013, sous le maillot du Heat de Miami. Lâcher un EP de six titres de cette qualité en début d’année, c’est aussi annoncer que 2017 est loin d’être finie. La suite sera-t-elle, qui sait, synonyme d’album et d’entrée au All-Star Game ?

Visuel : © Musicast

 


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *