Toute La Culture du clip : Vaati – Goodbye feat. Nusky

3 avril 2016 Par Antoine Couder | 0 commentaires

Seconde consultation

Est-ce que ces garçons n’auraient pas falsifié leur carte d’identité, pour accéder à un spectacle normalement interdit aux mineurs ? Et, d’ailleurs, ont-ils 20 ans ou bien 13 ? Parce qu’on lit très mal sur les photocopies de passeport qu’ils nous fournissent la bouche en cœur. A la sortie de l’école, entre la Playstation et les interstices festifs sans les parents, il est facile de mettre la main sur un logiciel de son qui vous offre à peu près tout ce que l’on peut imaginer de « styles musicaux » comme ce final à la Santana qui donne envie d’accorder le brevet des collèges à l’invité Nusky qui ringardise d’un battement de cils toutes les brigades apprêtées des youtubers. Je reste dans mon délire et je rigole. Un esprit confus distinguerait ici quelque chose de DJ Medhi pour l’excellence cool, sans doute parce qu’il serait sous le charme des incroyables pas de danse de son compère androgyne Vaati qui de son côté enterre un peu plus le rap gros bras de la FM périurbaine. Juste parce que j’en ai baisé une puis j’en ai baisé une autre, Nusky voudrait résumer l’histoire. On les imaginait à la pointe de la transcendance on comprend finalement qu’ils feront les premières parties du Doc Gynéco dont on connaît la plate déconfiture qui a suivi sa première consultation. Une bise pour le poto qui l’a bercé/le poto qui l’a cherché, le poto qui l’a RT/le poto qui l’a mis sous Tequilla/MD. C’est évident que l’on retrouve ici les mêmes ingrédients, 20 ans plus tard, sauf qu’entre temps on a appris que rien ne tenait vraiment debout, que nous étions parfaitement gavés de produits dangereux pour la santé, que You porn était la chaîne préférée des adolescents et que le cri de M. Oizo « vous êtes des animaux » disaient bien l’essentiel. A un détail près : que nous sommes incapables de tuer des animaux sans les faire souffrir.

Vaati- Goodbye feat. Nusky

Réalisé par Arthur Bouet


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: