Slow Joe & the Ginger Accident, bombe posthume

14 février 2017 Par
Amelie Blaustein Niddam
| 0 commentaires

Le 17 février sortira le troisième album de Slow Joe, sans lui. Le chanteur indien, inconnu jusqu’en 2007, année de sa rencontre avec Cédric de la Chapelle s’était depuis installé en France. Il est mort en mai 2016 alors que le superbe Let me be Gone était en création. Un Concert hommage aura lieu le 28 mars 2017 au Café de la Danse.

Tout commence calme avec « Tambde Roza », un chant traditionnel en Konkani, pour monter doucement, par vagues. Le son est indéfinissable, à la fois rock garage, electro et world. Les voix sont mécanisées, les instruments mêlent batterie classique et machines. L’au-delà prend tout son sens ici sur le psychédélique « Swing Your Love » où un  Fender Rhodes croise les beats d’un rayon laser à faire pâlir Jean-Michel Jarre. Les envolées lyriques préparent le terrain, l’arrivée de Slow Joe, qui d’outre-tombe susurre plus qu’il ne chante des titres hypnotiques.

Si on doit chercher une cohérence, elle se trouve dans un fil très 70 (« Temple, Mosque, Church » ou « I Was A Stooge »). Ici, il question de pauvreté et d’âmes à sauver(« God Damn The Pusherman »). Slow Joe doit surement discuter en ce moment avec Jim Morrison tant les titres auraient pu être composés par les Doors. Et puis il y a le swing très entraînant  de  « My Sway » qui se passe en boucle.

Let me be Gone est indatable, increvable. Un vrai bon album à écouter encore et encore, jusqu’à que la mort nous sépare.

Slow Joe & The Ginger Accident
Nouvel album « Let me be Gone »
Sortie le 17 février 2017
Musique Sauvage / [PIAS]