[Toute La Culture du clip] Purple – Backbone

28 mai 2016 Par Antoine Couder | 0 commentaires

« They like us in europe »

A quelques kilomètres du golfe du Mexique, dans l’Etat du Texas, la petite ville de Beaumont est surtout connue pour ses gisements de pétrole, découverts au début du siècle dernier, qui en ont fait l’un des grands centres texans de l’industrie et assuré sa prospérité jusqu’à nos jours. Comme l’explique le guitariste de Purple, Taylor Busby, « il n’y a pas beaucoup de groupes à Beaumont », du coup peu d’influences locales pour le combo punk rock formé en 2009 et parti pour sortir un disque avec Rick Parker (Beck, Scott Weiland) pour le compte de la maison de disques européenne PIAS. « Parce qu’ils nous aiment en Europe » dit encore Hanna Brewers, la principale attraction du groupe qui ne veut en aucun cas « devenir quelque chose » mais juste se faire plaisir sans dévier de ce chemin. Elle ne veut pas non plus accabler les habitants de Beaumont, des gens qui ont leurs façons de voir et avec qui elle a préféré rompre pour ne plus être confrontée avec leur culture « southern pride ».

Beaumont est notamment connue pour ses émeutes raciales de 1943 sans doute provoquées par le fait que le besoin de main-d’oeuvre pétrolière a poussé quantité de travailleurs noirs à s’y retrouver et à se trouver à proximité physique des blancs. A un moment, une femme blanche a prétendu avoir été violée par un homme noir ce qui n’a pu être prouvé mais n’a pas empêché l’explosion d’une série d’incidents raciaux. Au début des années 90, toutes ces histoires sont sans doute remontées aux oreilles des braves gens lorsque l’on appris que le tueur en série Paul Derousseau était né à Beaumont en 1970, et qu’il était noir et qu’il violait les jeunes femmes avant de les étrangler (mais grâce à Dieu, pas à Beaumont même). Hanna a commencé à enregistrer dans le home studio de ses parents deux musiciens qui jouaient alors dans la chorale de l’Eglise (Eglise qui soit dit en passant est le premier employeur de Beaumont). Elle a finalement croisé Taylor alors qu’ils partageaient la scène avec leur groupe respectif. Après ça, les « idées » de Taylor à propos de la musique ont commencé à changer. Disons que c’est une peu parti dans tous les sens – reggae, funky, Basement 5, Public image Ldt…

 » On essaie de rester ivre sans trop réfléchir à ce que l’on fait, en essayant de capter les trucs au moment où ça se passe » complète Hanna qui se dit autant influencée par Greenday que par James Brown, Tribe called quest et Minutemen. Le disque à venir dont on sent ici les prémices pourrait bien en effet « retenir » cette fluide énergie dégagée de la mauvaise graisse du métal punk et de la DGAF attitude (don’t give a fuck) pour planer grave au-dessus de Beaumont. Mais alors très au-dessus.
Purple/ Bodacious/Play it again Sam

(réalisé par Reid Hildebrand )


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: