La playlist du midi de la nuit

11 février 2018 Par
Antoine Couder
| 0 commentaires

Cette semaine, le remix de The Limiñanas de Laurent Garnier, le retour de Pierre Vassiliu et de Jonathan Wilson, un film de Vincent Moon et un hommage au Père Ubu.

Dimanche- Limanañas feat. Bertrand Belin/ remix Laurent Garnier

C’est notre petit Brexit à nous, notre vie de Province, cette façon de se recroqueviller gracieusement sur ce que l’on fait bien. Souffle joyeux qu’exhale une musique … splendeur d’un ciel sans nuages (à peu près Emily Bronté). Les gars ont croisé Garnier (Voir notre interview) à Loumarin l’année dernière et s’étaient promis de faire un truc ensemble. C’est sur le Breton que ça tombe avant que ça ne retombe du côté de Perpignan. On aurait dû prendre le train.

Ballade à Montpellier– Pierre Vassiliu

Puisqu’on est du côté des moustaches, on écoute évidemment non-stop cette réédition tendrement produite par Born bad records. Et tout au long, le lac se ride de vaguelettes qui flamboient (Emily encore), une scène aujourd’hui interdite entre un monsieur et une mineure, entre boite de nuit et moiteur d’alcool. L’amour par le menu, c’est si joliment dit. Est-ce que c’est bien raisonnable tout ça ?

Calling the new gods– Senyawa- Vincent Moon

On profite de la générosité du trop rare Vincent Moon, l’ex-ordonnateur des concerts à emporter, tombé tout nu dans la passion violente des musiques du monde. Cette fois, il est en Indonésie, poursuivant son œuvre de documentation des rituels religieux, compositions sacrées et folklores locaux. Caméra au poing, caméra libre, caméra Moon.

CALLING THE NEW GODS • SENYAWA live in Java from Vincent Moon / Petites Planètes on Vimeo.

Loving you feat.Laarajï– Jonathan Wilson  

Inutile de savoir que Laarajï est l’un des grands noms de la musique ambiant (cf. la célèbre série ambiant de Brian Eno publié au début des années 80) pour sentir que Wilson est un type qui ne se laisse enfermer dans aucune catégorie. Ses magnifiques deux premiers albums (Fanfare tout particulièrement) agitent une communauté de fans transis qui attendent le prochain disque de la star à paraître dans les semaines à venir. En attendant ce nouveau clip, impeccable et inattendu. Jusqu’ici tout va bien.

Breath– Pere Ubu  

Pour finir, un petit biggup à Fire records qui réédite consciencieusement l’œuvre complète de ce groupe mythique de la fin des années 70, à la croisée du rock et de la scène expérimentale, notamment intéressé par des rythmes dub et reggae. Gros plan sur  David Thomas, leader émérite de la formation ici en pleine action  ( Voir notre interview) . Totalement frais.