Et Poom, un peu de touche nostalgie sur la scène française

9 juin 2016 Par Amelie Blaustein Niddam | 0 commentaires

Poom c’est ce duo français composé de Camille et Siegfried, de la pop-electronisante-variétoch comme on l’adore.  Ceux qui écoutent Les voiles depuis de longs mois le savent, c’est de la petite bombe ça bébé,  une petite bombe drôle et entraînante aux rimes riches inoubliables. 

2016 est donc dans les bacs où plutôt sur les sites de téléchargements légaux depuis le 24 mai. Biberonés aux Daft Punk et consort,  ils assument à la façon du « Alors on danse » de Stromae de nous balancer des horreurs sans quitter le dancefloor, comme dans cette reprise (heureuse) de « Il n’y a pas d’amour heureux » où le nu-disco prend le pas sur la tristesse. Oui on peut  se mouvoir sur un vers d’Argon affirmant :   »Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard ». Faut-il d’autres preuves du talent de ces gamins dans l’air du temps ?  Car l’air du temps est à la reprise, il suffit d’écouter  Smalltown boy  par Apes & Horses pour comprendre.

Chez Poom, les sons font de légers boom boom toujours groovy. On se marre à l’écoute des paroles de « My Licone and me » ou « de La tristesse à l’ivresse » ( qui rimera avec Mercedes). 2016 comportent 11 titres inégaux car répétitifs, la recette étant bien connue. Un duo aux voix chantonnées, sans éclats, faites pour faire entende les questions et les histoires que les chanteurs posent et racontent. Car 2016 est vraiment un opus de son époque, et de nos jours les générations changent plus vite qu’une playlist sur votre Iphone. 2016 est donc une oeuvre du XXIe siècle, joyeusement désespérée. Rappelons que ce siècle a vu un groupe se donner comme nom Tristesse contemporaine, ça donne le ton. Ce qui est intéressant ici c’est bien la candeur :   »Je crois que j’ai vu une licorne qui est dans le bois de Boulogne » associé avec  un désespoir assumé :   »toi et moi, on se lassera » . L’humour surgit de ces paroles veines et innocentes qui sont portées par une légèreté, celle qui fait que quand ça va vraiment mal, il veut mieux danser que pleurer.

Poom, 2016, Released: 24 May 2016
Visuel ? 2016 Poom – Grand Musique Management


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: