Carte Blanche très courue pour Keren Ann au Silencio (30/03/2016)

31 mars 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Alors que son nouvel album You’re gonna get love vient de sortir chez Polydor (voir notre interview), Keren Ann avait Carte Blanche, ce 30 mars 2016 pour animer le Silencio. Et elle a rempli l’élégant espace dessiné par David Lynch aussi sûrement que Patti Smith l’automne dernier…

Note de la rédaction :

Pour la soirée, le club de la rue Montmartre s’est mis aux nuances très travaillées de la musicienne néerlando-francoèisraélo-newyorkaise avec une exposition dans la « black room » où l’on retrouvait des portraits de Keren Ann (par Mondino etc) en vente au profit de Every mother counts, l’association que soutient la chanteuse.

C’est vers 21h15 qu’elle est montée sur la fameuse scène du « Club Silencio » bien entouré de 4 musiciens. Avec 2 guitares, une basse, un piano et une batterie, la voix de la chanteuse a eu du mal àse faire entendre sur le premier morceau éponyme de l’album mais l’équilibre est très vite revenu sous la férule de de groupe super « pro » et la troisième chanson « the separated twins » a emporté l’audience (très nombreuse et très sage) dans le monde folk et blues du nouvel album de Keren Ann. Manches américaines, à la dois douce et énergique et comme souvent très sotto voce dans ses commentaires entre les plages de musiques, la chanteuse a installé une ambiance très calme en enchaînant les nouvelles chansons de son dernier album. C’est sur de plus vieux titres comme « It ain’t no crime » ou le très apprécié « My name is trouble » qu’elle a envoyé plus de cordes et fait un peu danser un public de plus en plus dense et massé.

Après le concert, Keren Ann au Silencio, a continué à être élégante et raffinée avec eux platines de cette carte blanche deux immenses artistes et DJ : Christophe Chassol et Yuksek.

Keren Ann fera quelques festivals cet été et sera sur la scène de l’Olympia le 15 octobre 2016


KEREN ANN – YOU’RE GONNA GET LOVE – LIVE Ce… par ce-soir-ou-jamais

visuel : YH


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: