Aliocha, un artiste en devenir

22 novembre 2017 Par
Sarah Dray
| 0 commentaires

Lundi 20 novembre, Aliocha s’est produit sur la scène de la Boule Noire. Dans une ambiance intimiste, il a présenté les chansons de son premier album, eleven songs.

Aliocha n’a que 24 ans mais depuis qu’il a sorti son premier album, eleven songs, en juin dernier, il fait sensation sur la scène musicale. Avant de se produire à la Boule Noire, il s’est déjà frotté au public parisien lors du Fnac Live, sur le parvis de l’hôtel de ville, l’été dernier.
A la Boule Noire, le public réuni est un public d’afficionados du chanteur. Pour certaines des chansons, il n’hésite pas à jouer aux choristes et à pousser la chansonnette. Mais tous sont venus pour écouter la voix singulière d’Aliocha. Une voix un tout petit peu éraillée et à la fois si pure, qu’elle en est indescriptible.
D’ailleurs, on regrette qu’il ne chante pas plus en guitare/voix, il ne le fait que sur une chanson. Et c’est une moment très beau et suspendu dans le temps. Ses chansons folks, aux accents de Bob Dylan et d’Elliot Smith, s’y prêtent parfaitement.
Le reste du temps, il est accompagné par un guitariste, un bassiste, et son frère, à la batterie. Lui-même joue de la guitare.
Mais la multiplication des instruments masque souvent sa voix, ce qui est dommage.
De plus, quelques problèmes de son et de synchronisation donnent lieu à une certaine cacophonie.
Mais, avec sa gueule d’ange et sa voix incroyable, on pardonne tout à Aliocha.
Pour deux titres, il invite la chanteuse québécoise Charlotte Cardin à se joindre à lui sur la scène. Apparemment c’est une « guest » fréquente de ses concerts, notamment lors du dernier festival de jazz de Montréal.
Malgré les quelques approximations du concert, la voix d’Aliocha a séduit et touché le public de la Boule Noire, et il semble que le jeune chanteur soit promis à un bel avenir.