La playlist de l’été – épisode 2

8 juillet 2018 Par
Antoine Couder
| 0 commentaires

Cette semaine, Aloïse Sauvage, Protoje, Jérôme Castel,  Rasha Nahas et Arthur Russell remixé par Larry Levan. 

 L’homme plante – Jérôme Castel

Jeune premier, il traîne son éternité aux détours d’une guitare rendue libre mais absolument orientée du côté des origines, du côté des obliques et des brusques accélérations, comme on marche sur l’eau avec Thurston Moore (par jeu), comme l’on devient beau bizarre à force de durcir ce que l’on a cru sentir de soi-même. Ici la plante se fait mandragore, ailleurs sur d’autres titres d’un album passé malheureusement inaperçu, les chiens ricanent de l’amour déçu. Dans tous les cas, entre les ponts et les refrains, il se passe toujours quelque chose d’intéressant.

Truths&rRights (feat.Mortimer) – Protoje

Grandi comme le veau sous la mère (Lorna Bennett, « breakfast in bed »), le plus si jeune Oje Ken déploie ici toute sa langueur mélodique (souvenir Calypso de son son père cette fois) pour construire par petites touches un univers sans fausses notes, sans ces lourdes références et hommage qui pourrait nuire à ce style enjoué qui transparaît dans les compositions de ce nouvel album pourtant toujours franchement engagé, du côté de Dieu et non du diable comme on dit en Jamaïque.

Rasha Nahas- Desert

Originaire de Haïfa et désormais basée à Berlin, Rasha a coupé ses cheveux pour prendre le train proto-techno du rock d’Alan Vega pour chanter à sa façon son amour de la musique, Joni Mitchell, Tim Buckley qu’elle écoutait sur le radio cassette de la voiture de son père. Tout cela est revu et corrigé dans un blues nostalgique qui habille élégamment une impatiente envie de vivre, colère retenue, un peu tragique même si la tragédie ne sied pas trop à cette belle androgyne qui semble-t-il a émerveillé le public du festival Palest’In &Out. A suivre.

 

Voyage voyage- Aloïse Sauvage

On avait dit un mot de mademoiselle Sauvage il y a quelque temps, frappé que nous étions par sa gestuelle antique et cette voix qui joue avec le masculin jusqu’à l’agacement. Difficile certes mais intelligent. L’équation se confirme « dans l’espace inouï de l’amour » est-ce cette phrase qui a convaincu la jeune chanteuse de choisir cette reprise de Desireless pour la compilation « Souvenirs d’été » ? Très étudiée et d’une éloquence bien orientée, la chanson conserve son aura cosmique et semble comme ramasser dans sa langue, petit boulet qui se détend brutalement entre les vasques electros qui habillent ce qui est devenu ici une puissante déclamation.

Loose joint – Is it all over my face ? – Arthur Russell (Larry Levan remix)

A l’occasion de la sortie d’une version remastérisée de « The world of Arthur Russell » chez Soul jazz records, on s’offre ce petit remix de Larry Levan, tout en groove sautillant qui a su saisir la fleur cachée de celui qui disait-on s’était évanoui dans sa musique, prolifique compositeur à la croisée de la musique savante et de la pop. Hommage estival.