Playlist de la semaine (147)

6 février 2016 Par Bastien Stisi | 0 commentaires

La curieuse collaboration Primal Scream / Sky Ferreira, le premeir album garage de Telegram, le bouillonnant petite tube de Bombay…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Primal Scream ; Sky Ferreira « Where The Light Gets In »

Manifestement de retour à un format méga pop après un dernier album – More Light – qui s’inscrivait plutôt dans un revival rock seventies (on écoute encore « 2013 », ce morceau stonien et psyché de 9 minutes qui ouvre magistralement l’album), Primal Scream mêle l’ancien (la présence d’un disque de New Order dans un bac à vinyle dans le clip) et le récent (la collaboration avec Sky Ferreira, excellente ici) sur le premier extrait de son onzième album – Where The Light Gets In – qui paraîtra en mars. Résolument new wave ici, et sans doute bien différent demain, tant on connaît la capacité de Primal Scream à se faire la boîte de Pandore la plus absolue du rock alternatif britannique.

2. Telegram, « Taffy Come Home »

Entre shoegaze, garage et rock psyché (threesome toujours jouissif), les quatre Londoniens de Telegram sortent aujourd’hui Operator, un premier album porté par un single – « Taffy Come Home » – qui dit ses volontés de retour aux sources pas toujours évidentes à assumer totalement. Comme ici, ces références guitareuses à Roxy Music et ses looks de branleurs androgynes comme on l’envisageait dans les seventies. Brûlant, référencé et limpide.

3. Bombay, « Slow Motion »

Le très très très (ajoutez autant de « très » que vous souhaiterez) bon tube pop rock / garage de ce début d’année est signé par Bombay, ce groupe qui malgré les apparences, ne vient ni de l’immense pays indien (le nom) ni de la glorieuse île britannique (le son), mais bien des Pays-Bas, où les substances adoucissantes locales n’auront pas ralenti l’énergie de ces garçons qui feront paraître leur second album – Show Your Teeth – dans quelques jours. A écouter en boucle, entre une rafalle post teenage de Fidlar et un refrain en onomatopée pas trop crado de Black Keys, et à voir le 3 avril prochain au Point Éphémère.

4. Faroe, « Blast »

Alors que Samba de la Muerte, ce projet notamment mené avec Adrien de Concrete Knives, s’apprête à sortir bientôt son prochain album, Corentin Ollivier, de son côté n’en est encore qu’aux premiers murmures de son projet solo. Et le lien de parenté entre l’aîné Samba et le nouvel arrivé Faroe se constate, d’abord, dans cette recherche pareille de ces ambiances dream pop et folktronica, qui prennent le temps de patiemment se construire avant de pouvoir se permettre des envolées plus affirmées. Conseil : ne pas se contenter, en dépit de son évidente qualité, du single « Blast » et de son clip graphique en guise d’ascension constructrice, mais favoriser plutôt l’écoute totale de Words, cet EP tout juste sorti qui aura tout autant pu se nommer « Worlds », tant le disque évoque ces cheminements qui paraissent autant concerner l’extérieur des sols que l’intérieur du cerveau.

5. Yanis, « The Run »

Autant inspiré, comme ses congénères Backbone ou Jeremie Whistler, par les soûl men du siècle présent (la glorieuse ascendance James Blake) que par ces producteurs sampleurs délicats quoiqu’attachés aux tendances post-dubstep (de Flume à Gold Panda), le Français Yanis dévoile « The Run », à l’occasion de la sortie de son premier EP. Synthétisme charnel et organisme mécanique. En concert le 17 février au Badaboum

6. Lilimarche, « Amour d’été »

Après Juniore, Hollydays ou Cléa Vincent, c’est au tour de Lilimarche de poser une nouvelle pierre à ce grand édifice de renouvellement variétal qu’est en train de connaître l’hexagone. Chansons Polaroïds, qui cite aussi bien Hardy que Niagara (comme Hollydays et sa reprise d’« Amour à la Plage », par ailleurs), est son second EP, et « Amour d’été » le clip qui en est issu, entre le « Swimming Pool » de Marie Madeleine et le « Mon Ventre est un Caveau » de Circé Deslandes,  trop sexy et poseur pour ne pas avoir pris au préalable du recul sur lui-même. En concert au Trois Baudets le 22 février.

7. Benjamin Paulin & Sylvain Souklaye, « Dansons sur le Titanic »

Après L’homme moderne et 2, Benjamin Paulin est de retour plus sensible et crooner que jamais, avec un album qui s’intitule Meilleur espoir masculin, prévu pour le 25 mars 2016. Dans une ambiance de la fin du monde, Paulin invite Sylvain Souklaye sur le plateau de son nouveau titre « Dansons sur le Titanic ». La vidéo de backstage signée  Frédéric Vermeersch permet aux deux chanteurs  de poser leurs voix en rythme pour nous décrire une génération peut-être encore plus désenchantée que celle de Mylène Farmer. L’important étant qu’elle continue tout de même à chanter ! (Yaël Hirsch)


Visuel : (c) pochette de Words de Faroe


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: