La playlist du bac (n’est pas en playback)

23 juin 2018 Par
Antoine Couder
| 0 commentaires

Cette semaine Requin chagrin, Pusha-T, Terrenoire, XXXTentacion et Kaesen. 

If you know you know – Pusha-T

Vous savez quoi ? La première épreuve ne pourra guère durer plus de trois minutes vingt-six, la longueur de ce clip, sinon vous risquez au minimum une grosse migraine. Au pire, une crise d’épilepsie. Pusha T est en option au baccalauréat des bad boys. Ses outrances et ces espèces de power ballade from Hell en ont un fait un chouchou de Kanye West qui produit son troisième album toujours autant enraciné dans cette radicalité rap qui semble gagner du terrain de jour en jour. On termine avec la gueule de bois, sans vraiment comprendre en fait…

Je bois tout seul – Terrenoire

Mais puisqu’on en parle de la booze, du binge drinking et de tout ce qui va avec, les frérots stéphanois y vont franco, dans un style bien mélangé. On n’est plus trop parti en Art plastique mais du rap il ne reste qu’une combinaison, à vrai dire encore une fois, une option. Terrenoire s’échappe du genre rapido, dans sa chanson qui plane bien haut sur quantité de possibles et d’influences. Là, tout est encore envisageable et c’est tellement beau. On plisse les yeux pour mieux voir : on dirait qu’ils arrivent les candidats à la grande ville.

Mauvais présage – Requin chagrin

Alors peut-être que ça va mal tourner, que tout cela va se résumer à un succès d’estime. Voilà un bail que les requins se présentent à nos suffrages et à chaque fois, oui c’est encourageant cette diagonale entre Dominique A et Beach house, cette envie de faire pas mal de cinéma, sur l’écran noir de nos nuits blanches et de nos chagrins. On veut y croire, toujours, et c’est déjà bien.

Pas l’air – Kaesen

Parce que, écoutez les requins, il y en a quand même qui ont bien revisé, et qui savent parfaitement ce qui plait aux profs de la playlist. La mélancolie rap made in 2018, ado un peu en déshérence oh pas grand-chose peut-être quelques cigarettes en trop, et puis le quartier, la bonne machine à réputation de Paris dix huitième arrondissement. Voilà, et puis à la fin ben c’est juste un cœur brisé hein. Allez, tu vas l’avoir ton bac, mais ce que tu ne sais pas encore, c’est que tu vas le regretter ton lycée.

Im sorry (instrumental) – XXXTentacion

Et pour finir, on aura une pensée pour les absents, ceux qui de toute façon ne se seraient pas présentés à l’examen, ceux qui définitivement n’apparaîtront plus sur les listes. Un bel instrumental pour le chat écorché vif, chien méchant ou petite chose malade ; tu peux toujours courir, tout cela ne mène nulle part sinon dans le ciel pixélisé pour l’occasion, et pour l’éternité.