Le festival Papillons de Nuit prend son envol le 2 juin

30 mai 2017 Par
Sarah Lapied
| 0 commentaires

Renaud, The Kills, Jain, Matmatah, Martin Solveig, Vianney, Feder… Ces artistes de tous horizons musicaux seront réunis du 2 au 4 juin dans un petit village de la Manche, Saint-Laurent-de-Cuves, pour un festival écolo et rural qui prend de l’ampleur chaque année. Nous avons interviewé par mail le programmateur de l’événement, Pierre-Olivier Madelaine.

p2n-2017-programme

Pourquoi le festival porte-t-il ce nom ? Parce que les papillons de nuit, qui se réunissent la nuit autour d’une source de lumière, symbolisent les festivaliers réunis autour d’une scène, à la lumière des projecteurs ; c’est aussi le retour du printemps et des beaux jours.

Pourquoi avoir transformé une fête locale en grand festival tourné vers la variété française mais aussi l’électro et des groupes internationaux ? Qu’en ont pensé les habitants du village ? La volonté initiale a toujours été d’amener la culture en milieu rural, là où on ne l’attend pas forcément, pour contrebalancer le poids culturel des grande villes ; après, c’est le succès du festival et la mobilisation des bénévoles et du tissu associatif et économique local qui permettent à Papillons de Nuit des têtes d’affiche dignes des plus grands festivals ; avec 70 000 spectateurs et 1 400 bénévoles (dans un village de 480 habitants !), on peut dire que P2N réussit à mobiliser très largement au-delà des frontières régionales

En quoi P2N est-il un festival durable ? P2N est inscrit depuis plus de 10 ans dans une démarche éco-reponsable ; d’abord en travaillant majoritairement avec des entreprises et des fournisseurs locaux, en privilégiant les circuits courts ; ensuite grâce à de nombreuses actions qui tendent à réduire l’empreinte écologique du festival : utilisation de gobelets consignés et de consommables biodégradables, utilisation de toilettes sèches, tri et valorisation des déchets, incitation au covoiturage, train à 10 € l’AR et service de navettes gratuites…

Comment les fonds recueillis sont-ils réinjectés dans l’économie locale ? Le festival dépense directement 1,5 millions d’euros dans l’économie locale, auprès de ses prestataires et fournisseurs régionaux ; on estime par ailleurs que 2 millions supplémentaires sont dépensés par les festivaliers dans les commerces (restaurants, hôtels, stations service…).

Comment s’organiser pour se rendre au festival ? Plusieurs moyens d’accès s’offrent aux festivaliers : la voiture personnelle ou le covoiturage (les parkings sont nombreux et gratuits, tout comme le camping), le TER à 10 € l’A/R depuis n’importe quelle gare de Normandie, les navettes gratuites depuis les gares d’Avranches et Villedieu-les-Poêles.

Pour plus d’infos, voir le site de P2N.

Visuels : P2N


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *