La playlist du printemps

25 mars 2018 Par
Antoine Couder
| 0 commentaires

Cette semaine, Caroline Rose, Maud Geffray, Myth Syzer, Bill Frisell and Q-Tip – Special thanks Syl Johnson. 

Money- Caroline Rose

Jeu de cache-cache précisément de cash cash avec la pop acidulée dont se gorge ici la petite Américaine que l’on avait plutôt repérée en sage folkeuse. Peut-être qu’elle a fait ça pour l’argent, comme nous tous… En tout cas, il y a ici suffisamment de girl power pour avoir envie qu’il se passe quelque chose.

 Ice teen- Maud Geffray

On ne sait plus trop quoi penser de Maud Geffray tant notre esprit critique semble avoir été altéré. Oui d’accord, nous sommes fans, mais bon, qu’un son de club se transpose dans l’univers cauchemardesque d’un suicide programmé c’est autre chose. Ici, non pas « la » mais « les-«  jeunes filles, catégorie dance en soi, entre silence, esthétique et abdication.

Austin Power- Myth Syzer (ft. Lolo Zouaï)

Vous ne comprenez pas le message de Maud Geffray ? Alors, regardez ce clip et vous allez tout comprendre, c’est précisément l’inverse de ce que l’on dit de la féminité, de ce à quoi va être confrontée la jeune fille : des idées reçues, une absence totale de sensibilité masculine, un son plat et néanmoins captivant. Tellement bien fait que l’on a presque envie de céder.
Rambler- Bill Frisell

Du coup, on a besoin d’une pause (quand l’évidence nous parvient comme une détonation qui pourrait presque nous rendre sourds). Le seigneur de la guitare prospective – noise, free, rock… – s’aventure seul dans ce qui ressemble à une suite d’improvisation majestueuse, à la fois élégante et mélancolique qui signe d’un trait minimaliste quarante ans d’une étonnante carrière. Reste avec nous, Bill !
Don’t go breaking my heart- Q-tip (Ft.Demi Lovato)  

Là, c’est vraiment pour se faire plaisir, c’est d’ailleurs presque honteux, Q.Tip qui joue avec le single 1974 d’Elton John et retourne la pop angliche à son suc disco voguin’, tout cela en ralentissant le tempo. Un an plus – en 1973- Syl Johnson en livrait la part sombre, « Is it because Im black ? » Le master remet les pendules à ‘heure et on est prêt pour notre petite leçon chorégraphique.