La playlist de la semaine [205]  : météo incertaine

6 juin 2017 Par
Antoine Couder
| 0 commentaires

Temps ensoleillé mais quand même, on s’en rend tous compte, beaucoup d’orages, longs et violents, durablement tristes. On veut croire à l’été, « à l’ancienne », mais peut-être que cette fois les temps ont vraiment changé.

 

Aldous Harding – Déjà pistée par le microcosme néo-folk, la jeune Néo-Zélandaise revient avec un album annoncé parmi les top de l’année 2017. La belle synthèse agitée de poésie et de furie contrôlée qui anime son chant suffit à séduire, au delà de compositions originales et décalées. Du coup, on s’offre un live BBC pour commencer en beauté.

 

Mademoiselle K – Elle a fait son album toute seule, avec un peu de crowdfunding et elle est revenue, avec cette grâce et cette candeur de lycéenne qui ont fait sa marque de fabrique. Ici, la musique se fait plus subtile, les déflagrations façon « ça me vexe » sont maintenant contenues mais l’esprit revêche est toujours là.

Bigg Meuj – Voyez ici comme l’on peut intégrer les intonations gauloises hip-hop dans un décor easy et agréable pour tous, parfaitement crédible et presque drôle. Le Meuj a rameuté Chuck Kids, la moitié des Cool Kids, pour lancer sa machine à flow eh oui, ça roule.

Maud Geffray – L’autre versant de la créativité french, même supers ingrédients mais un objectif diamétralement opposé : nature morte en forme d’electro-hologramme, ambiance froide où les voix se perdent en échos, celle qui officie également avec Scratch Massive ouvre une perspective singulière sur les écran Youtube. En concert le 9 à la Gaiété Lyrique.

Girls in Hawaï – Délicieuse mise en bouche d’un nouvel album qu’on fêtera à Rock en Seine et qui tient brillamment son style indie-pop dans ce que celui-ci peut avoir de plus pur, de plus « radioheadien ». Ici une longue intro et une séquence hypnotique qui semblent vouloir arrêter le temps. Enfin, la lumière qui surgit derrière la torpeur.