Playlist partenaire – festival Jazz’N’Klezmer (15 nov – 4 dec. Paris)

1 novembre 2017 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Toute la Culture est partenaire du festival Jazz’N’Klezmer. Retrouvez en avant goût une playlist avec quelques morceaux choisis de la programmation.

Unique festival de France célébrant l’alliance du Klezmer avec le Jazz et les musiques du monde, le festival Jazz’N’Klezmer fêtera sa 16ème édition du 15 Novembre au 4 Décembre à Paris.

Pour ses 16 ans, le festival brouille les pistes : entre classique et expérimental, traditionnel et hybride… Toujours Jazz, toujours Klezmer, mais aussi Pop, Rock, Funk, Hip-hop, Électro, Punk, Musique Contemporaine, Musiques du Monde, Musiques actuelles et Projets Conceptuels. Une programmation rajeunie, féminisée et décalée. Un niveau supérieur en matière d’expérimentation allié à des mélanges détonants. Cette année, JNK s’émancipe !

Macha Gharibian – « Saskatchewan« 

Après son premier disque Mars (2013) qui avait alerté les mélomanes et la critique unanime, Macha Gharibian s’installe avec Trans Extended dans le paysage des musiques inclassables. Chanteuse, pianiste de solide formation classique, diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris, auteure, compositrice, elle amorce son virage musical en quittant Paris pour New York. Là-bas, elle s’affranchit des étiquettes classiques, world et jazz et expérimente son univers, un mélange de ce qui l’inspire et l’attire. Trans Extended son deuxième album (2016) évoque la transmission, le départ vers un ailleurs lumineux.

 Marjolaine Karlin » Boat train »

Marjolaine Karlin c’est une écriture qui balance entre tendresse et cruauté, grâce et crudité ; une voix diaphane dans les aigus et vaporeuse dans les graves. La chanteuse et musicienne délivre quelques extraits de ses “carnets de voyage” où l’influence solaire des musiques de l’Océan Indien – notamment l’île de la Réunion – ravive et dépoussière le souvenir du Yiddishland de ses ancêtres. En compagnie de Rosemary Standley (Moriarty) et des autres membres du Wati Watia Zorèy Band, elle nous emmène sur des terres musicales hautes en contrastes, où plane la menace constante d’une furieuse éruption de vie.

SoCalled – « Work with what you got »

Son univers festif, drôle et atypique mélange le hip-hop et le klezmer. Entouré de ses instruments, SoCalled ouvrira la soirée en interprétant ses compositions les plus décadentes. Sous ses airs de jeune homme sage, il est resté l’inventeur fou, intuitif, passionnant… Sa science musicale baptisée « Hip Hop Yiddish » s’impose comme l’une des plus intéressantes relectures de l’héritage musical juif d’aujourd’hui.

Aälma Dili – « Mon amour »

Ils sont comme des musiciens sur l’estrade d’un saloon avec leurs chemises à carreaux et leurs poses vintages ; les visages sont sérieux, le répertoire pas du tout. C’est vers l’Est que se ruent ces quatre cow-boys intrépides de la banlieue parisienne, archets à toute berzingue, avec l’âme des fous que revendique leur combo de cordes balkaniques. La tonalité moriconnienne est celle de l’album « Pour une poignée de Dinars », bande son originale d’un western balkanique…  Les violons descendent dans le public, le contrebassiste soulève son instrument dans les airs et le rythme frénétique ne ralentit que pour quelques trémolos facétieux. J’ai du vague à l’âme, gouailleurs à la fin de leur rodéo endiablé ou, au contraire, le roucoulant « Mon amour » de Bob Azzam, et leurs danses frénétiques repartent de plus belle.  Anne Berthod / Télérama 2017

Noga Erez – « Dance while we shoot »

Chanteuse, rappeuse, auteure-compositrice, claviériste et productrice, Noga Erez a plus d’une flèche à son arc. La jeune femme, originaire d’Israël, déjà surnommée la « nouvelle M.I.A. » est l’une des artistes les plus en vue de l’année 2017. Sa voix est hypnotique, son phrasé percutant, son univers à la frontière de l’électro pop, de la trap et du rap. Ses messages sont forts, son look impeccable et sa présence est électrique. A la conquête de la France, elle sera sur la scène de la Bellevilloise pour nous présenter son album « Off the radar » accompagnée de son producteur, Ori Rousso.

Guy Mintus – « Can you tell the difference »

Guy Mintus mélange les sonorités folkloriques de son Israël natal avec l’improvisation et l’esthétique du jazz. Le pianiste et compositeur, basé à New York, a joué avec des artistes de légende, tels que Jon Hendricks ou Jimmy Cobb. Sa passion pour les musiques traditionnelles l’a également amené à rencontrer de grands musiciens turcs, iraniens, espagnols, maliens ou indiens. En 2015, Guy Mintus a eu l’honneur de jouer au Millennium Stage du Kennedy Center avec son duo «Offlines Project», lors de la Journée internationale du jazz. Son talent lui a valu de recevoir de nombreuses distinctions, dont deux Herb Alpert Young Jazz Composer Awards et deux Down Beat Magazine Student Awards, ainsi que des bourses du Berklee College of Music et de l’America-Israel Cultural Foundation.

Animal K – « Di zun »

Animal K, c’est la rencontre entre la viole de gambe de Marie-Suzanne de Loye, la voix protéiforme de Violaine Lochu et la guitare électrique rock de Serge Teyssot-Gay, entre autres l’ancien guitariste de Noir Désir. Ces trois musiciens nous ouvrent les portes d’un univers éclectique et exploratoire du répertoire des musiques juives d’Europe centrale et du bassin méditerranéen. Alliant rigueur et improvisation libre, la voix performeuse et agile de Violaine Lochu assortie de la viole envoûtante de Marie-Suzanne de Loye se marie subtilement bien à la guitare rock de Serge Teyssot-Gay. Ensemble, ce trio insolite décloisonne ce répertoire de musiques et nous invite à voyager dans les terres yiddishs et judéo-espagnoles.

Bekar –  » Tsvey shvartse oygen »

Textes précis et percutants en français ou en yiddish, l’univers de BEKAR et les Imposteurs nous emporte dans un métissage pop-rock-funk traversé par les couleurs de la musique Klezmer. Inspirés par des artistes tels que –M-, les Rita Mitsouko, Gotan Project… Sur scène, l’esprit est à la fête, à l’humour et à l’énergie partagée avec le public.

AutorYno et Abraxas – « Adoyahel« 

AutorYno, trio parisien repéré par John Zorn en 2010, a déjà livré pour son label Tzadik deux albums salués par la critique. Une opportunité qui leur a permis de mettre un pied dans cet environnement bouillonnant où les frontières musicales n’existent plus et de devenir les cousins français de cette nouvelle génération que Tzadik a réuni.

Abraxas c’est un projet mené par Shanir Ezra Blumenkranz, fidèle musicien de John Zorn. On le voit régulièrement à ses côtés à la basse, en tant que réalisateur, arrangeur… Aussi à l’aise à la contrebasse qu’au Oud, au Gimbri ou à la basse électrique, il accompagne aussi Cyro Baptista et un nombre incalculable de musiciens new-yorkais.

INFOS PRATIQUES :
Festival Jazz’N’Klezmer
Du Mercredi 15 Novembre au Lundi 4 Décembre à Paris.
Site : https://jazznklezmer.fr/
Facebook : https://www.facebook.com/FestivalJazzNKlezmer/