Jeanne Added et Yes is a plaisant country envoûtent la Maison de la Poésie [Livereport]

19 mai 2017 Par
Nathan Sportiello
| 0 commentaires

Il est difficile de mettre dans une case le registre musical emprunté par Jeanne Added, entre pop, rock, jazz. Jeudi soir, avec son groupe Yes is a plaisant country, l’artiste à l’apparence de rockeuse a choisi un répertoire jazzy, calme et reposant. Une adéquation parfaite avec le lieu : la Maison de la Poésie à Paris.

mde

Elle n’avait pas de guitare entre mains, comme souvent, mais juste un micro. Presque intimidée en arrivant sur la scène intimiste de la Maison de la Poésie, Jeanne Added était accompagnée de Vincent Lê Quang (saxophone et clarinette) et de Bruno Ruder (piano).  Aucun mot mais un simple sourire à l’audience, avant de scotcher tout le monde dès ses premières notes. Avec « Be sensational », titre éponyme de l’album sorti en 2015, Jeanne Added a su conquérir les 160 personnes présentes (salle pleine), d’entrée. C’est après deux morceaux que Jeanne Added a pris la parole, timidement : « Ca va à peu près ?». Comme pour se rassurer. Ça va parfaitement, merci.

Ce semblant d’angoisse a vite disparu. Jeanne Added a vécu son concert. Les yeux fermés, les doigts plantés dans son pantalon noir. Sur des poèmes de W.B Yeates et Edward Estlin Cummings, mis en musique par Vincent Lê Quang, elle a envoûté la salle avec sa puissante voix. Une voix qui vous fout les frissons. Sur Down by the sally gardens (poème de Yeats), on aurait pu croire qu’elle pleurait en chantant « And now, am full of tears (Et maintenant, je suis remplie de larmes) ». Mais non, Jeanne Added vit sa musique. C’est tout.

Lê Quang et Ruder, la recette qui marche

Et lorsque ses musiciens ont fait résonner leurs instruments la petite salle de la Maison de la Poésie en duo, Jeanne Added, elle, s’est mise à l’écart, assise sur la balustrade de la scène, les contemplant. Les admirant. Toujours en maltraitant son pantalon.

Vincent Lê Quang, lui, s’est lâché en nous envoyant des sons venus d’ailleurs au saxo, puis à la clarinette. Des bruits d’animaux, même, lorsqu’il jouait sur un autre poème de Yeates, Before the world was made. Au piano, Bruno Ruder a mis ce qu’il fallait quand il fallait, caressant parfois les touches de son piano, puis les maltraitant quelques secondes plus tard.

Pas de pirouette, pas de salto, mais de l’émotion.

Jeanne Added et Yes is a plaisant country nous ont parfois bercé, parfois fait vibrer. Et ceux qui s’attendaient à la voir bondir sur la scène, comme elle sait également le faire, ont peut-être été déçus. Sur son compte twitter, l’artiste avait annoncé des pirouettes, des saltos. Ce ne fut pas le cas. Pas Grave.

 

Le trio a trouvé le mélange parfait, entre la poésie et le chant. En retenue, certes, mais tout en émotion. Et ce vendredi soir (19 mai à 20 heures), à la Maison de la Poésie, Jeanne Added, Vincent Lê Quang et Bruno Ruder seront encore là.

Visuel : ©N.S


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *