[Chronique] Rosemary Standley, Reine des cœurs et théâtre de voix

3 mai 2016 Par Yaël | 1 commentaire

En plus de Moriarty et de la suite de Two Birds on a Wire avec Dom la Nena, Rosemary Standley poursuit une carrière solo fleurissante. Crée en 2013 au Théâtre de la Bastille, Queen of hearts sort ce printemps en CD et DVD. Grappillant aux répertoires de plusieurs langues et cultures, imaginé avec Juliette Deschamps et accompagnée par Sylvain Griotto a piano, la diva folk se transforme en castafiore pour une revisite envoûtante du tour de chant.

Note de la rédaction :

Au piano-voix, l’album A queen of heart revisite donc des titres venus du monde entier et qui vont de Kurt Weill à Jeannette . Volontairement très posée dans ses trilles, lancinante dans sa mesure, elle accorde un répertoire tout à fait dépareillé, féminisant très élégamment « La Nuit de mens » de Bashung, calmant le tempo de « Por Que te vas » de Jeanette, apaisant la douleur de Billie dans « Lover, comme back to me » et rendant moins scandaleux le « Put the Blame on mame » de Rita Haywoth.

En revanche, Rosemary aiguise l’ironie de la Pirate Jenny de l’Opéra de Quat’sous, donne un peu de peps au « India Song » de Jeanne Moreau, une fraîcheur rocailleuse au standard (trop repris ?) « The man I love ». Une ombre passe sous la crinoline, la roue tourne et le riche répertoire accorde ses 23 pistes pour un bal fou. Un bal de beauté où le carnet de théâtre de reine des cœurs est plein à craquer.

Rosemary Standley, A queen of hearts, Sylvain Griotto : piano, Juliette Deschamp : réalisation musicale, Jazz Villag, CD et DVD Harmunia Mundi. Sortie le 15 avril 2016.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. Ping : [Chronique] Rosemary Standley, Reine des cœurs et théâtre de voix

Laissez un commentaire: