« J’ai pas compris les codes même si ça m’impressionne, je me mens. » Eddy de Pretto aux Solidays

23 juin 2018 Par
Agnes Polloni
| 0 commentaires

Jean treillis, lunettes rondes en raison de son infection à l’oeil, Eddy de Pretto se dirige dans l’allée confinée où a lieu la conférence de presse à Solidays. Détendu et le sourire aux lèvres, il est le symbole de cette nouvelle génération de millenials, bien dans ses baskets qui se prend pas trop la tête.

Une ascension médiatique qui lui laisse peu de temps à la rêverie, il se retrouvait déjà sur le plateau de Léa Salamé, écoutant Mon Kid, bonnet sur la tête et cernes aux yeux. Nous avons posé trois questions à cette nouvelle étoile montante de la chanson Française, qui est loin d’être random, et qu’on ne compte pas delete.

J’ai envie de ressortir des trucs, de dire ce que je ressens, d’écrire, je continue toujours à écrire. Les prochains thèmes pourraient être l’évolution des thèmes de ma vie par exemple. Je veux rester le plus précis possible, le plus à l’os. J’ai tellement rejeté cet aspect d’être différent, je voulais tellement m’inclure quand j’étais petit. Je jouais aux Barbies en cachette etc.. J’ai tout rejeté mais maintenant ça me fait du bien d’être ici, même si ce n’est pas pour tout conscientiser.

 

Propos recueillis par : Agnès Polloni 

Crédits Images : Agnès Polloni