[Live report] « Exil » matérialise les douleurs irréparables de l’ailleurs

12 février 2017 Par
Bérénice Clerc
| 0 commentaires

Sonia Wieder-Atherton tisse des fils de sons, images, poésies, existence depuis de nombreuses années et emporte avec elle des spectateurs, mélomanes d’un soir ou de toujours pour un voyage rare où le temps et l’espace n’ont plus de limites. Elle a donné rendez-vous à huit jeunes acteurs de la « Compagnie Sans père » de Sarah Koné à La Philharmonie de Paris pour raconter l’indicible, mettre des mots et des notes sur les silences de l’exil d’aujourd’hui à la Bible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *