Les sorties classiques et lyriques du mois d’octobre 2018

31 octobre 2018 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Glacés par le froid hivernal de l’automne, nous avons continué à nous plonger dans une production pléthorique de disques. Attention aux coups de cœurs d’octobre!

Par Yaël Hirsch et Victoria Okada. 

Nouvelles voix

Elsa Dreisig, miroirs et cristaux

cover Miroir(s) cover Miroir(s)

La jolie soprano franco-danoise découverte dans les Parapluies de Cherbourg au Châtelet remportait les hourras du public mélomane du Théâtre des Champs Elysées le 13 octobre dernier, accompagnée par l’Orchestre national Montpellier Occitanie dans un répertoire français et allemand bien choisi. de Massenet à Strauss, c’est ce même répertoire qu’elle explore dans son album Miroirs des rôles modernes de femmes fatales. On aime la découvrir dans l’air des bijoux de Gounod, l’entendre virevolter dans le « Una Voce poco fa » de Rossini, avec un parcours parfait d’album de nouvelle voix. Mais on apprécie toute l’émotion plus mature qu’elle transmet avec l’air de la comtesse « Porgi amor » ou dans le rôle de Juliette moins connu de Steibelt. Vous l’aurez compris, Elsa Dreisig est une grande voix à suivre.

Elsa Dreisig, Michael Schönwandt, Orchestre National Montpellier Occitanie Pyrénées Méditerranée, Miroirs, Warner Classics, Sortie le 5/10/2018. YH

Renaud Capuçon fait son cinéma (et son Olympia)

Le 14 octobre, le prolifique violoniste publiait avec fierté son nom en haut de l’affiche de L’Olympia… C’est avec un joli pot-pourri de musique de films que Renaud Capuçon s’ouvre les portes d’une salle « populaire » quand le grand public lui a déjà ouvert son cœur. Riche, l’album fait la fête à Jarre, Desplats, Cosma, Morricone, Tiersen ou Williams. Avec le philharmonique de Bruxelles, Stéphane Denève et un featuring de Nolwenn Leroy sur Bagdad Café.

Renaud Capuçon, Cinéma, avec Nolwenn Leroy, Stéphane Denève, Brussels Philharmonic, Warner Classics, sortie le 12 octobre 2018. YH

Symphonique(s)
Mathieu Herzog et l’Ensemble Appassionato réveillent les 3 dernières Symphonies de Mozart
naive-moeart-herzog« La musique de Mozart doit être complétement en vie », annonce Mathieu Herzog dans le livre de ce double-cd à écouter pour faire monter le niveau d’énergie. Il réorchestre d’ailleurs es mystérieuse trois dernières symphonies de Mozart (39,40 et 41) pour sa formation, et les sort de leur mystique « fin de vie, fin de siècle » pour les pousser vers le « Sturm und Drang ». Une fougue qui n’empêche pas la mélancolie dans les mouvements les plus réflexifs (superbe andante cantabile de la 41e Jupiter) Le résultat est vraiment probant, voir bluffant : on réécoute le premier mouvement de la 40e comme si on ne le connaissait pas par cœur.


cover-beethoven-brahms-maxim-emelyanychev-1024x1024d’urgence.

Mathieu Herzog, Ensemble Appassionnato, The three last symphonies, Naïve, sortie le 2 novembre 2018. 2 CD. YH.

Beethoven, toujours héroïque

A noter du côté du symphonique, deux sorties Beethoven marquantes : d’un côté sous la houlette de Enrique Mazzola et après un concerto pour piano n°1 avec Cédric Tiberghien en soliste, l’Orchestre National de France livre une version très rapide de la 5e. Un peu trop tendue peut-être y compris dans le troisième mouvement allegro, où l’on perd un peu le romantisme pour aller vers l’apparat. Du coup, lorsqu’on écoute la version de la n°3 des solistes de Novgorod dirigés par le jeune prodige Maxim Emelyanychev (il dirige depuis qu’il a 12 ans!), l’on se dit qu’il vaut mieux passer par la passion de l’est pour saisir le monument allemande : profonde, lumineuse et poignante, cette version intime de l’Eroica emporte et séduit. Elle est accompagnée des Variations de Brahms sur le thème de Haydn, également chargées de passion. A écouter.

ONF, Enrique Mazzola, Ludwig van Beethoven, NoMadMusic,  Sortie le 12/10/2018Maxim Emelyanychev, Nizhny-Novgorod Soloists Chamber Orchestra, Beethoven/Brahms, Aparté, sortie le 149/10/18, 20 euros. YH.

visuels : couvertures d’albums