Les disques classiques et lyriques du mois de mai 2018

28 mai 2018 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Après deux semaines intensives de cinéma pendant le Festival de Cannes, retour aux sons classiques et lyriques. Voici les disques que nous avons adoré écouter en mai.

Par Yaël Hirsch et Victoria Okada

Baroques

Le jeune Bach par Benjamin Alard

alard-bachBenjamin Alard est l’un des derniers artistes signés pour Harmonia Mundi, avec un projet extrêmement ambitieux : Intégrale des œuvres pour clavier de Bach. Le premier volume (en 3 CD) réunit des compositions de jeunesse ainsi que celles de compositeurs que le futur maître observait : Johann Michael Bach, Johann Christoph Bach, Girolamo Frescobaldi, Johann Kuhnau, Johann Pachelbel, Johann Jacob Froberger, Georg Böhm, Louis Marchand, Nicolas de Grigny. Benjamin Alard joue sur deux instruments, le clavecin Emile Jobin inspiré d’instruments de Ruckers (1612) et Dulken (1747) et l’orgue de l’église Sainte-Aurélie de Strasbourg (Silbermann de 1718 restauré par la manufacture Blumenroeder). Tour à tour sobre, intime, lumineux, pensif, ou encore joyeux, son jeu est toujours expressif et limpide, et semble raconter quelque chose à l’auditeur. Et c’est de cette manière qu’il fait revivre ces musiques, comme une sorte de confidence, leur conférant une dimension personnelle. Les pièces se succèdent non pas chronologiquement mais en rapport entre eux, notamment de tonalité toujours proche.
Intégrale des œuvres pour clavier de Johann Sebastian Bach vol. 1 Le Jeune Héritier, par Benjamin Alard. 3 CD Harmnia Mundi, HMM 902450.52. Durée totale : 247’ VO

zachary-wilderLamenti 17e
Guitare, voix et amours baroques, le nouvel album du ténor Zachary Wilder et du luthiste et guitariste Josep Maria Marti Duran nous transporte vers l’essence de la sérénade. Monteverdi, Cavalli mais aussi le plus folklorique Marini ou le tragique Obizzi sont réunis dans cette belle mélopée qui fait voyager dans le temps et les sentiments. Zachary Wilder, Eternita d’amore, 55’02, La Musica/ Harmonia Mundi, Sortie le 20 avril 2018. 16 euros. YH.

Oratorio
oratorioThibault Noally et les Accents accompagnent la soprano Blandine Staskiewicz dans un tour de piste d’oratorios italiens absolument éblouissant. On y retrouve La Maddalena a piedi di Cristo de Caldara, Il Martiro di San Giovanni de Porpora, la Giuditta de Scarlatti et l’on découvre aussi des airs sacrés de Bononcini et Gasparini. Un disque cohérent et sublimement interprété qui ravira les passionnés de baroque ! A entendre aux live aux Musicales d’Arradon à Vannes, le 16 juin. Oratorio, par Les Accents, Thibault Noailly et Blandine Staskiewicz, 68’10, Aparté, Enregistré les 24, 25, 26 et 27 octobre 2017 à l’Eglise Manin (Paris). Sortie le 1ier juin 2018. 15 euros. YH

Continuum – Scarlatti / Ligeti par Justin Taylor

continuumJustin Taylor, qui est devenu en quelques années jeune maître de clavecin, publie de nouveau un disque solo audacieux, en proposant, selon ses propres mots, « un dialogue inédit entre ces deux personnalités inclassables » qui sont Domenico Scarlatti et György Ligeti. Deux univers mis en parallèle, parfois rapproché parfois opposé, en guise de confrontation de leurs mondes singuliers, intimement lié à leurs pensées musicales et à leurs cultures : Scarlatti sous l’influence espagnole et Ligeti sans influence particulière, ou plutôt, comme un creset de tous les courants musicaux au-delà de genres. Le rythme frénétique et l’ostinato dans certaines sonates de l’Italien se trouvent un écho dans Passacaglia ungherese et Hungarian Rock de l’Hongrois. Quant à Continuum, cette pièce étrange fondée sur la répétition des notes recèle quelque chose d’ancien et de nostalgique malgré un procédé délibérément moderne (musique minimaliste). Les doigts de Justin Taylor sont des baguettes magiques qui transforment tout cela en une matière vivante, qui invitent ceux qui écoutent dans une exaltation proche de trans. Autant dire que son approche renouvelle la vision de cet instrument, avec la sensibilité d’un jeune homme de 25 ans, en parfait accord avec notre temps. Et cela s’entend dès les premiers accords de la Sonate en ré mineur K. 141 de Scarlatti, d’une violence douloureuse, presque à l’arraché.
Continuum par Justin Taylor. 1 CD Alpha Classics, ALPHA399. Durée : 69’20 VO

Affetti Amorosi de Frescobaldi par Le Banquet Céleste

affetti-amorosiAu début du 17e siècle, une grande révolution musicale s’opère en Italie. L’une d’eux est l’apparition de l’air accompagné — comme on le voit dans le dernier livre de Madrigaux de Monteverdi — qui se produit au même moment que la naissance de l’opéra. Frescobaldi, contemporain de Monteverdi (ils sont tous les deux morts en 1643), s’inscrit dans ce courant, même si ses œuvres instrumentales sont aujourd’hui plus connues et répandues. Mais n’est-il pas injuste de séparer la voix des instruments, puisque la musique pour ces derniers tentait de reproduire en quelque sorte l’idéal de la voix, en la complétant et en l’enrichissant ? L’album propose 25 pièces vocales ou/et instrumentales de l’Arie musicali, publié à Florence en 1630 mais dont les compositions couvrent de 1615 à 1630 environ. Dans cet enregistrement, ces deux éléments sont parfaitement complices et harmonieux dans leurs expressions dramatiques ou sereines. Chaque voix, avec son caractère spécifique, participe à créer un univers sonore lié à son timbre. Mais c’est celle du contre-ténor Damien Guillon, qui dirige l’ensemble, qui marque le plus l’esprit par la clarté et l’étendue spatiale de sa voix : à la fin de Ardo e taccio il moi mal, elle semble s’étirer à l’infini, procurant une incroyable plongée — ou immersion — sonore, avec une sensation que cela agitsse direcetement dans les neurones ! Une expérience sensorielle rafraichissante.
« Affetti amorosi », Arie musicali de Girolamo Frescobaldi, par Le Banquet Céleste dirigé par Damien Guillon. 1 CD Glossa, GCD 923702. Durée : 69’12 VO

Piano

Mozart project
mozart-projectAlternant concerto, sonate (n°4) et quintettes (hautbois, clarinette, cor et basson), sous la couverture rouge sang de son Mozart Project, le pianiste Aurèle Marthan invite à redécouvrir le compositeur dans un répertoire finalement très varié, où la seule constante est le piano. Pour entendre ce jeune virtuose, direction le couvent des Recollets le 11 juin, le Festival de Colmar cet été ou alors l’un de des deux festivals où il est directeur artistique : Classic à Géthary ou le nouveau Classique au Naturel à Orthez.

Aurèle Marthan, Mozart Project, avec Philibert Perrine, hautbois, Amaury Viduvier, clarinette, Olivier Derbesse, cor de basset, Rafael Angster, basson, CD EnPhases / Outhere, 66’18 sortie le 22 juin 2018. YH.

Rameau/Couperin par Clément Lefebvre

lefebvreLe jeune pianiste Clément Lefebvre, élève de Roger Muraro, Isabelle Dubuis, Claire Désert, Pierre-Laurent Aimard et Alain Planès au Conservatoire de Paris, a choisi deux compositeurs de la période baroque qui incarnent l’esprit français : Rameau et Couperin. Jouer leurs œuvres sur le piano a quelque chose d’excitant pour les interprètes qui s’aventurent pour chercher des possibilités infinies d’expression dans ce style. Couperin, qui fête cette année 350 ans de naissance (événement hélas ! occulté par le centenaire Debussy…) a une intériorité plus intense et intimiste que Rameau, tourné plus vers l’extérieur. Notre jeune pianiste met en valeur ces caractères grâce à sa remarquable compréhension stylistique, profitant pleinement de la capacité de l’instrument moderne. Un magnifique disque qui deviendra sûrement une référence.
Rameau/Couperin par Clément Lefebvre. 1 CD Evidence Classics, EVCD052. Durée : 66’50. VO

« Réflections » Mompou / Ravel par Julien Brocal

reflectionsAprès son premier disque Chopin qui a révélé au grand public sa musicalité très personnelle, il affirme son talent de poète dans ce programme Mompou (Paisajes et Charmes) et Ravel (Miroirs et Sonatine). Les parallèles entre ces deux compositeurs que propose Julien Brocal révèle leur proximité musicale : les accords, la forme miniature, le caractère pittoresque, l’atmosphère planante et aérienne… Sa sonorité cristalline va de pair avec cet air nonchalant qui domine les pièces de Mompou, mais aussi avec la virtuosité fantastique de Ravel. Rien de ces œuvres ne semble cacher un secret pour Julien Brocal, qui montre une maîtrise parfaite du clavier et de la sonorité. Il a en plus le génie de compositeur, et insère une pièce de sa plume dans le style de Mompou, Nature Morte, à la fin du disque. D’ailleurs, ce morceau peut figurer dans l’un ou l’autre recueil, personne ne dira qu’il y a un « intrus » !
« Réflections » Mompou/Ravel par Julien Brocal. 1 CD Rubicon Classics, RCD 1008. Durée : 71’25. VO

Fauré par Jean-Claude Pennetier

faure-pennetierIl y a dix ans, Jean-Claude Pennetier a entamé l’enregistrement de l’intégrale de l’œuvre pour piano de Gabriel Fauré et le premier disque de la série est sorti en 2009. Le 4e et dernier volume vient d’être publié, avec des Barcarolles, des Nocturnes et des Impromptus, à partir de l’opus 90 (1905) jusqu’à l’opus 119 (1921). À la fin de sa vie, son ouïe affaiblie et faussée ne lui permettait plus d’explorer toutes les tessitures du clavier, et ses compositions deviennent parfois « distordues ». Mais la particularité fauréenne, notamment ses enchaînements harmoniques si personnelles, s’affirme plus que jamais. L’interprétation de Jean-Claude Pennetier est plus claire que jamais pour montrer ces arabesques sonores dans la splendeur de son élégance et de son raffinement.
Intégrale de l’œuvre pour piano de Gabriel Fauré, vol. 4 par Jean-Claude Pennetier. 1 CD Mirare, MIR 356. Durée : 65’. VO


Musique de Chambre

Intégrale des quatuors à cordes de Gounod
gounod-cambini-parisLe Quatuor Cambini-Paris, qui prend parti dès sa fondation de la redécouverte d’un répertoire méconnu, s’attaque à Gounod pour cette année qui marque le 200e anniversaire de la naissance du compositeur. Les quatre musiciens ont joué récemment un de ces œuvres dans le magnifique écrin sonore qu’est le Théâtre des Bouffes du Nord (lire notre chronique). Ce double CD permet de poursuivre un voyage qui pourrait aller du milieu de 1870 jusqu’en 1891-1892 (les dates de ces compositions restent encore hypothétiques, comme l’indique Gérard de Condé dans le livret). Gounod considérait les quatuors à cordes comme un lieu d’expérimentation pour l’écriture orchestrale. Ses idées sont magnifiées par une interprétation pleine de vigueur, tantôt fougueuse tantôt tendre, qui rend chaque note vivace sur les quatre instruments italiens de son époque. Les cordes de boyau semblent rendre la musique plus « organique » par conséquent, plus chaleureuse et plus vivante. L’enregistrement que les amoureux de musique de chambre (ou pas) doivent absolument avoir dans leur discothèque.
Intégrale des quatuors à cordes de Charles Gounod par le Quatuor Cambini-Paris. 2 CD Aparté AP177. Durée totale : 102’18 VO

Premier disque du Quatuor Ellipse

ellipseConstitué par quatre musiciens d’origines diverses de l’Orchestre National de France, lauréat de plusieurs concours dont le prestigieux Concours International de Quatuor de Bordeaux (2e prix en 2013), le Quatuor Ellipse publient enfin leur premier disque. Ils choisissent Debussy, Lekeu (Molto adagio sempre cantante doloroso) et Saint-Saëns (2e quatuor) et proposent des couleurs et des styles fort différents de l’âge d’or de l’école franco-belge des cordes. Désir de s’inscrire sur cette tradition si riche ? Volonté de la diversité si chère à notre patrie ? Envie de partager la vision chambriste de musiciens d’orchestre ? Quoi qu’il en soit, l’interprétation est traversée par une grande noblesse, réalisée grâce à une unité d’esprit exprimée par leur son homogène. Lyrique mais déterminé, à la fois mélodieux et rythmé, leur jeu touche la sensibilité de chaque personne qui l’écoute.
Sains-Saëns, Debussy, Lekeu par Quatuor Ellipse. 1 CD Ad Vitam Records. Durée : 65’01 VO

Variations Goldberg pour quatuor à cordes

variations-goldberg-ardeoLa rencontre entre le Quatuor Ardeo et le compositeur François Meïmoun il y a une dizaine d’années s’est muée pour devenir une complicité harmonieuse. Ce disque représente en quelque sorte un aboutissement de leur entente conviviale. Dans la transcription des Variations Goldberg réalisée par Meïmoun, certaines variations prennent partie d’un trio ou d’un duo de combinaison d’instruments différente, afin de mieux appréhender leur caractère. Ceux-ci sont placés dans la disposition dite « de Vienne » — en regardant à la scène, de gauche à droit, violon I, alto, violoncelle et violon II — notamment pour créer des effets sonores du type stéréo. Ainsi, lorsque les notes d’une phrase sont partagées par les quatre instruments, la prise de son rend superbement cette répartition de sorte que les va-et-vient sonores soient parfaitement perceptibles. Pour mieux apprécier ces plans musicaux, nous conseillerons fortement de s’équiper d’un bon matériel ; l’effet sera vraiment magique. Tout en jouant d’instruments modernes, les musiciennes s’inspirent visiblement de jeux sur les instruments baroques, ce qui confère à l’interprétation une grande clarté et une élégance. Les cordes nous permettent d’écouter l’Aria et ses trente variations sous un autre éclairage convaincant.

Bach/Meïmoun, Variations Goldberg pour quatuor à cordes, par le Quatuor Ardeo. 1 CD Ibs Classical, IBS112018. Durée : 79’08. VO

Intégrale de la musique de chambre de Brahms : vol. 1 – quatuor pour piano et cordes

integrale-brahmsPierre Fouchenneret, Lise Berthaud, François Salque et Eric Le sage lancent un projet fou de jouer en quelques mois toute la musique de chambre de Brahms. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est la première fois que les mêmes musiciens réalisent un tel projet. Rejoints par Florent Pukuila, Sarah et Deborah Nemtanu, Adrien Boisseau, Yan Levionnois, Joël Lasry, Shuichi Okada et Sarah Laulan, ils jouent du 8 au 11 juin toutes les œuvres de musique de chambre du compositeur au Théâtre des Bouffes du Nord, dans le cadre de La Belle Saison (tous les concerts sont captés par la chaîne Mezzo). Ce disque est le premier volet d’une série d’enregistrements en direct qui va compter au finale une dizaine d’albums. Comme tous les disques de chez B-records, le son « live », ici réalisée sous la belle charpente en bois du 13e siècle de La Maladrerie Saint-Lazare à Beauvais, évoque la situation de concerts bien vivant avec une réverbération et autres « bruits » qu’un enregistrement en studio éviterait ou effacerait. Un enthousiasme et une connexion entre les musiciens, créés spontanément sur la scène, sont transmis de la manière la plus naturelle possible. Un CD jubilatoir.
Intégrale de la musique de Chambre de Brahms – vol. 1 Quatuors pour piano et cordes par Pierre Fouchenneret, Lise Berthaud, François Salque et Eric Le sage. 2 CD B-Records. Durée : 114’25. VO

Centenaire Debussy : enregistrements inédits en un coffret indépendant
debussyPour cette année du centenaire de la naissance de Debussy, Warner Classics a publié la première édition intégrale de Debussy en 33 CD. Face à l’immensité de la collection, certains ont hésité à l’acquérir mais regrettent de ne pas pouvoir entendre notamment les enregistrements inédits qui constituent, pour les grands amateurs du compositeur, un « must » de ce coffret. Eh bien, la firme a bien compris l’enjeu et publie un coffret de 3 CD qui regroupent ces précieux objets sonores. Parmi les pièces figurant dans les 3 disques : Diane au bois, comédie lyrique, fragment pour soprano, ténor et piano, sur le poème de Théodore de Banville (avec Cyrille Dubois et Natalie Pérez et Jean-Pierre Armengaud au piano), extraits de Trois Chansons de Charles d’Orléans pour chœur (1re version) avec Chœur de Chambre de Namur sous la direction de Thibaut Lenaerts, Khamma réduit par Debussy pour piano solo et extraits du Roi Lear (Jean-Pierre Armengaud), ou encore des transcriptions par Debussy d’œuvres d’autres compositeurs, comme Symphonie n° 2 de Saint-Saëns pour deux pianos (Jean-Pierre Armengaud et Olivier Chauzu), Humoresque en forme de valse de Joachim Raff pour piano solo. Idéal pour appréhender encore plus profondément l’univers du compositeur français.
Debussy Centenary Discoveries par divers interprètes. 3 CD Warner Classics. Durée : CD1 : 65’28 ; CD 2 : 45’34 ; CD 3 : 60’09. VO

 Hors du sentier battu

Coffrets 60e anniversaire en édition limitée : génération Harmonia Mundi