Concert de clôture à Pontaumur pour Bach en Combrailles

15 août 2017 Par
Bénédicte Gattère
| 0 commentaires

L’édition 2017 de Bach en Combrailles s’est refermée sur un concert inoubliable, emmené par Lionel Sow, chef de chœur. Le grand compositeur allemand était naturellement au programme, aux côtés de Marc-Antoine Charpentier. Il faisait ainsi honneur à la « manière française » présente en filigrane tout au long du festival, en résonance et en dialogue avec la musique de Bach.

Lionel Sow, représentant de la nouvelle génération en musique classique a été choisi pour diriger le « chœur du festival », composé de chanteurs issus de prestigieuses formations vocales européennes. Le concert joué à l’église de Pontaumur en clôture du festival Bach en Combrailles réunissait les interprètes de l’Escadron Volant de la Reine ainsi que des artistes associés tel l’organiste Olivier Houette. Tous s’accordèrent autour du jeune chef spécialement pour cette soirée. Lionel Sow, actuellement chef de chœur de l’Orchestre de Paris à  la Philharmonie après avoir dirigé le Chœur de Radio France puis la Maîtrise de Notre-Dame-de-Paris de 2006 à 2014, a relevé le défi avec brio. La formation originale de chanteurs et instrumentistes rassemblée laissait paraître son bonheur d’être dirigée avec rigueur et enthousiasme.

Les cantates de Bach BWV 46 et BWV 39 résonnèrent dans l’église, parée et équipée d’une scène montée au pied de l’orgue pour l’événement, les fidèles (de Bach!) étant cette fois-ci dos au chœur. Vint ensuite la Passacaille en ut (BWV 582), remarquablement interprétée par Olivier Houette, sur l’orgue de Pontaumur. Ce dernier fait la fierté de la commune car il est en réalité une réplique de l’instrument historique d’Arnstadt, le premier orgue dont Johann Sebastian Bach fut titulaire à  l’âge de 18 ans. Enfin, l’édition de 2017 en même temps que le concert se terminèrent sur le Te Deum de Charpentier, le morceau de musique française le plus joué au monde. Le public se laissa emporter par les percussions, les trompettes, les violons mais surtout par les chants en canon et alternés. À n’en pas douter, les auditeurs sont repartis convaincus de la qualité de la relève en musique baroque… Et impatients des surprises que leur réserve la 20e édition, l’an prochain !