A Berlin, Barenboïm et son sublime orchestre créent l’harmonie par-delà les murs

16 août 2017 Par
La Rédaction
| 0 commentaires

Das Wadbünhe, ce magnifique espace en plein air dans une forêt près du parc olympique de Berlin de 20 000 places était quasiment plein à l’occasion du concert dirigé par Daniel Barenboïm et son ensemble, le West-eastern divan orchestra. Seul les extrémités de cette arène sont laissées vide. On n’aime pas les extrêmes ici. D’ailleurs, cet ensemble philharmonique comme l’indique le programme du concert, a vocation à promouvoir l’échange entre les peuples et les religions. L’occasion de montrer qu’avec du tiers, la musique par exemple, on sait se parler, jouer et être ensemble. C’est sur cette idée que l’israélo-argentin Daniel Barenboïm, devenu depuis aussi américain et citoyen d’honneur palestinien a créé avec l’écrivain américano-palestinien Edouard Saïd cet ensemble en 1999 qui mêle des jeunes musiciens israéliens, palestiniens, du moyen orient et d’Afrique du nord (principalement Syrie, Jordanie, Liban, Egypte).

Par Michael Sibony