13e Festival Pianissimes « Journée en famille » et la saison 2018-2019

27 juin 2018 Par
Victoria Okada
| 0 commentaires

Le 13e FestivalPianissimes au Saint-Germain-au-Mont-d’or a connu un grand succès cette année. Voici la suite de notre chronique concert-du-jazz-dimanche-matinJournée en famille

La grande nouveauté de cette année, c’est la journée du dimanche avec un programme conçu pour toute la famille (24 juin).
En attendant le traditionnel concert du jazz à 11 heures, les spectateurs s’installent sur la pelouse face à la scène ouverte, sur des chaises ou des transats, avec leur viennoiserie et leur café offerts à l’entrée. Le trompettiste David Enhco et le Fred Nardin Trio (Fred Nardin au piano, Philippe Aerts à la contrebasse et Romain Sarron à la batterie) égaient l’atmosphère déjà détendue avec les compositions du pianiste ponctuées de pièces de Cole Porter et de Thelonious Monk. Dans l’assemblée, quelques amateurs (très) avertis du jazz n’épargnent pas leurs applaudissements, surtout après avoir entendu Prayers écrit suite à la mort de Didier Lockwood survenue il y a quelques semaines.
Nombreux mélomanes sont restés sur place pour un pique-nique. Puis, à 15 heures, les enfants (de 6 à 10 ans) s’éclatent dans l’atelier de danse sur les mouvements dansés de Jean-Sébastien Bach, tandis que les adultes assistaient sous l’arbre à la lecture de La Rencontre de Lübeck de Gilles Cantagrel. Le récit raconte le voyage du jeune Bach de 20 ans à Lübeck pour assister à des Abendmusiken (veillées musicales), ces concerts de nuits devenus célèbres lorsque la direction du compositeur Buxtehude. Cette lecture a servi comme une bonne introduction au concert de 17 heures.
Version 2Le concert de clôture du Festival est donné sous les arbres, à côté de la scène habituelle. Entouré de spectateurs, Pierre Mancinelli, pianiste, compositeur et improvisateur, arrive, s’assied devant le piano et commence à pianoter, de manière si naturelle que certains ne se rendent même pas compte que le concert a déjà commencé. C’est au cours de son récital, intitulé « ImproBach », qu’il choisit les pièces qu’il jouera par la suite. Ainsi, après ce prélude improvisé, il joue successivement la « Sinfonia » de la 2ePartita (qu’il présente « l’ouverture à la française et la fugue ») ; improvisation dans le style de flamenco avec quelques éléments de la Sonate pour violon ; quatre Duos à deux voix de Bach ; improvisation à double manière, à la Bach et à la Brad Mehldau ; la 1rePartita en entier de Bach ; improvisation moderne avec des éléments de Bach ; une autre improvisation avec des motifs répétitifs (à la Steve Reich) et avec des rythmes balkaniques, car Bach a effectué, explique le pianiste, un grand voyage jusqu’à Lübeck (en référence à la lecture de l’après-midi) mais c’était un grand voyageur musical… Il aurait donc bien imaginé une association des tendances improbables ! Il offre également une improvisation latino. En bis, il demande à l’assemblé ce qu’il veut entendre, puis, il sort son ultime merveille du jour, encore et toujours avec des thèmes de Bach, réunis en une seule pièce : la Chaconne de la 2ePartita en violon seul, la Badinerie de la 2eSuite pour orchestre, et l’Aria des Variations Goldberg. Le public est charmé par la magie de la science musicale, car c’est une véritable science du son qui se composait sous nos yeux… enfin, sous nos oreilles !

Version 2Autour du festival
Le Festival s’est beaucoup enrichi, et ce développement est prouvé avec la progression « monstrueuse » de 70 % en matière de la fréquentation par rapport à l’année dernière. Les événements « Autour du Festival » constituent les exemples plus flagrants de cette enrichissement. Entrés libres, ces moments, appréciés des festivaliers et des riverains, rythment le programme comme compléments de concerts. D’abord, les incontournables concerts pédagogiques (21 et 22 juin) animés par Marie-Jeanne Sol, qui ont rassemblé 400 enfants sur le thème de Petrouchka de Stravinsky et des Danses Polovtsiennes de Borodine, avec Alexandre Lory et Clément Lefebvre. Les petits écoliers imaginent les scènes, dessinent, présentent leur version, dans une atmosphère à la fois laborieuse et joyeuse.
Le jour de la fête de la musique, le 21 juin, la scène des Hautannes s’est transformée en un lieu d’expression spontanée, en partenariat avec l’association PianoThé : 15 pianistes amateurs de 5 à 92 ans de tout niveau ont partagé leur joie de jouer du piano devant 150 personnes. De surcroît, deux pianos droits ont été installés à Neuville-sur-Saône et Saint-Germain-au-Mont-d’or, pour inciter les amateurs à venir jouer librement, concrétisant l’intitulé de ces « pianos en libre service » : Jouer comme vous aimez.

Saison 2018-2019 des Pianissimes arrive bientôt!
La prochaine saison n’est pas encore dévoilée au public (elle le sera dès la rentrée), mais on sait d’ores et déjà que les amateurs du piano seront vraiment gâtés. Voici quelques noms qui figureront au programme : Guilhem Fabre (avec un de ses spectacles théâtraux, ou en solo ?) ; Jonathan Fournel en duo avec le violoniste Nathan Mierdl (1er prix du Concours Menuhin 2017) ; Jonas Vitaud en duo avec Mi-Sa Yang (violoniste du Trio Les Esprit et du Quatuor Ardeo) ; Paloma Kouider (du Trio Karénine) en duo avec la violoncelliste russe Anastasia Kobekina ; et 4 pianistes étrangers parmi les plus prometteurs qui joueront pour la première fois en public à Paris… Surveillez donc le site des Pianissimes !

Photos : Concert du jazz du dimanche matin; Pierre Mancinelli commentant son concert ; lecture sous les arbres © Pianissimes