Clara Saïtkoulov, le petit ange slave du violon

23 février 2016 Par Romeo Fratti | 0 commentaires

Accompagnée de son père, le talentueux pianiste Roustem Saïtkoulov, et devant une Salle Gaveau conquise, Clara Saïtkoulov a une nouvelle fois envoûté son public le 12 février 2016, à l’occasion du concert de gala au profit de l’ONG Pour un Sourire d’Enfant. Il est vrai que la magie opère, avant même que cette prodigieuse violoniste de 16 ans ne commence à savourer Introduction et Rondo Capriccioso op 28 de Saint-Saëns ou Sonate pour piano et violon no. 2 en ré majeur op 94a de Prokofiev…

Clara Saïtkoulov s’est-elle trompée d’époque ? À la voir entrer sur scène on est tenté de répondre par l’affirmative. Son charme et sa robe évoquent étonnamment les silhouettes et les regards des femmes peintes par Johannes Vermeer au XVIIème siècle. Et au moment où l’archet se pose sur les cordes, le spectateur réalise qu’il n’est pas au bout de ses surprises.

Les interprétations de Clara Saïtkoulov sont à l’image du sourire qu’elle arbore lorsqu’elle joue : fines, délicates, expressives. Elle regarde son violon comme s’il s’agissait de son bébé ; chaque note qui s’envole dans la salle vient témoigner d’une passion consacrée toute entière à la musique classique. Entre la musicienne et l’instrument, la complicité est saisissante, et surtout, gracieuse. Faire de la musique classique sans y mettre de la grâce, c’est comme dire des mots d’écrivain sans y mettre une intention ; il suffit d’écouter et de voir la grâce de Clara Saïtkoulov pour comprendre à quel point cela est vrai : c’est cette grâce qui lui donne une incroyable présence, scénique et musicale à la fois. On reconnaît les grands artistes à leur universalité, et la musique de Clara Saïtkoulov n’est pas qu’une affaire d’initiés : même les néophytes vibrent au rythme de son toucher.

Roméo Fratti

@RomeoRNF

Clara Saïtkoulov sera en concert le 26 mars 2016 au Festival Les Milles Musicaux : http://www.lesmillesmusicaux.com/hiver.html


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: