Depardieu enchante Barbara aux Bouffes du Nord

12 février 2017 Par
Yaël Hirsch
| 0 commentaires


Le guichet des Bouffes du Nord affiche complet. Deux Gérard – l’acteur, Depardieu et le pianiste, Daguerre, font vivre Barbara dans le beau théâtre intimiste. Arrangements géniaux, choix de chansons impeccable, textes de transitions volés à la Dame en Noir et fougue, grandeur et générosité de Depardieu, laissent le public en larmes d’émotion. Grand!

depardieu-chante-barbara-artwork

L’affiche est rouge. Parce qu' »il y a un âge où il faut accepter de ne plus voir sa photo sur l’affiche » se gausse Depardieu, tout de noir vêtu, tournant autour de la moitié droite du piano à queue de Gérard Daguerre et dérogeant au principe de la soirée : il va parler et chanter comme s’il était Barbara… sauf quelques clins d’œil (merci en Russe par exemple!). Avec 28 ans de moins et beaucoup de kilos en plus que celle qui a été son amie intime et à qui il a donné la réplique dans son spectacle « Lily Passion », il nous emmène dans l’univers de son amie et nous fait découvrir ou redécouvrir que 19 ans après sa mort, Barbara n’a pas vieilli.

depardieu-barbara-2

Il commence par « Mémoire, Mémoire » et l’on se rend compte qu’il ne joue pas seulement Barbara : il la chante vraiment et avec toute la justesse et la passion du monde. Puis viennent assez vite les chansons politiques qui bouleversent le public et que Depardieu porte comme un étendard : « Sid’amour », « A mourir pour mourir » où l’acteur roule les « r » de France comme Barbara le faisait : avec malice et colère à la fois. Il y a aussi la rage de « Perlimpinpin » et même le bouleversant « Soleil noir », chanté comme un hymne de guerre et qui fait s’éclairer (en noir!) toute la scène des Bouffes du Nord et que Depardieu incarne avec une force redoutable. Il y a aussi les histoires d’amour, des citations exactes de Barbara expliquant et réexpliquant qu’elle n’est pas sombre, que le monde l’est, et que chanter c’est sa manière de rester en relation avec lui. Il y a les aubades « Marienbad » que Depardieu récite avec précision, l’humanité de « Drouot » où une femme se laisse dépouiller de son passé pour quelques billets « à la salle des ventes », et Depardieu chante de manière bouleversante la nostalgie du « Bois de Saint Amand » et le disparition de « La petite Cantate ».

Alors bien sûr, il oublie parfois un mot et loupe même l’entrée de « L’Aigle noir ». Bien sûr, le fil de la voix déraille parfois et Depardieu titube parfois et s’essouffle, drainé par son immense corps. Mais il n’empêche, il chante Depardieu, il chante et ça le porte, et ça nous emporte là où Barbara nous a tous bouleversés, là où elle nous a accompagnés. Il chante et il l’habite et il la ressuscite. Et le public vibre à l’unisson. La salle pleine à craquer pleure tout d’un bloc, mais chacun son tour, selon les mots et les résonances; on pleure « la solitude », « les enfants blond de Göttingen », le père « couché dans le jardin de pierres », l’évocation de notre « Plus Belle Histoire d’amour » où le départ de celui ou celle qui s’en va sans savoir que personne n’a plus « la vertu des femmes de marin ». Derrière Depardieu, Daguerre, juste génial, varie et valse au piano, toujours prêt à accompagner jusqu’au bout, toujours bouleversant, à chaque note. Même après que Depardieu a levé la main pour donner congé à son incarnation de la Dame en Noir, leur généreux duo n’en finit pas de donner des bis à un public debout pour les 30 dernières minutes du concert. Tous, nous chantons par cœur avec Depardieu chaque mot des reprises de la « Cantate » de « Dis Quand Reviendras-tu? » ou de « L’île aux mimosas ». Tous, nous sommes un peu avec Barbara.

Commencé à 20h30, le concert finit presque deux heures plus tard, laissant l’audience pleine de gratitude, les yeux rouges et la tête pleine des mots de Barbara.

A noter, pour ceux qui ne pourraient assister au spectacle qui affiche terriblement complet: l’album Depardieu Chante Barbara est sorti chez Because Music.

visuel : affiche du spectacle et couverture de l’album Lily Passion


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *