Brigitte ouvre le chemin de la liberté, Fontaine nous bûmes tes mots au Bataclan.

30 juin 2011 Par
Bérénice Clerc
| 1 commentaire

C’est Le grand soir, celui du concert unique de Brigitte Fontaine au Bataclan. Une salle comble, des amis artistes au talent immense, une soirée exaltante et réussie pour cette jeune chanteuse de 72 ans.

La mythique Brigitte Fontaine vient de sortir un album de duo dans lequel les titres rares croisent avec brio des nouveautés et la voix de nombreux artistes comme Alain Souchon, Christophe, Bertrand Cantat, Jacques Higelin, Mathieu Chedid, Arno pour un superbe « Inadapté » et l’exquise Grace Jones sur le titre Danceflour pour danser sans limite. Un album réussi, des musiques et des réadaptations toujours aussi précises et inventives grâce à l’immense talent d’Areski Belkacem et des textes poétiques engagés et libres sous la plume de Brigitte elle-même.

Devant le Bataclan, dès 18h, une file immense de gens s’étend très loin dans la rue, jeunes filles cheveux courts garçonnes, hommes lookés, femmes d’affaires, groupe d’amis, couples de tous âges se sont pressés afin d’applaudir Brigitte Fontaine pour ce concert unique à Paris. Les grilles s’ouvrent, un flot de gens court vers la fosse ou le balcon pour trouver une place digne de ce moment unique. L’attente va être longue, le plaisir ne se gagne pas facilement, Brigitte Fontaine et son équipe sont très (très) en retard. La foule dense l’appelle, frappe des mains, crie son prénom, mais rien ne bouge, la scène est désespérément noire. Deux femmes au premier étage tentent d‘haranguer la foule, « rembourser, rembourser, rembourser » !  Inutile de vous préciser qu’elles ne rencontrèrent pas le succès espéré car peu importe l’attente, pourvu qu’il y ait Brigitte !

Areski Belkacem précède le groupe, le guitariste, le bassiste, le batteur le suivent, la musique démarre, Brigitte Fontaine arrive comme sortie d’une carafe divine en cristal pur, un voile de dentelle sur le visage, sa voix s’élève, en place, prête pour ouvrir le chemin de la liberté. D’un geste elle ôte le voile à la fin de la première chanson, le public scande son prénom, hurle sa joie de la voir ici. Coiffé d’un Panama blanc, un guitariste entre discrètement accompagné de son ampli, il accompagne un morceau, sa guitare sonne, pare à merveille le morceau dans une énergie lumineuse. Ce guitariste c’est Mathieu Chedid, il est venu en ami jouer et chanter « Les Zazous » avec joie et folie artistique.

Un nouveau morceau démarre, un rythme electro de haute volée envahit l’espace, quelques secondes passent puis l’indescriptible Grace Jones entre en scène d’une veste vêtue. Leurs lèvres s’unissent dans un baiser, le Danceflour ouvre ses portes, Grace Jones enivre de sa voix chaude et de son corps sublime et sensuel. Des jambes interminables aussi grandes que Brigitte Fontaine, une présence démente, son plaisir à partager la scène avec Brigitte Fontaine est palpable. A la fin de la chanson, Grace Jones ouvre sa veste en culotte et soutien-gorge, elle repart discrètement sur ses talons perchée. La foule est en délire, Brigitte Fontaine continue à égrainer les chants, plusieurs albums se mélangent, un hymne à la vie permanent, une folle envie de liberté s’empare du Bataclan. Un entracte plus tard, Brigitte Fontaine a changé de tenue et peut revenir sur scène avec son incroyable équipe de musiciens, tous plus talentueux les uns que les autres à commencer par le guitariste qui semble soulevé par la musique, comme en lévitation.

Mathieu Chedid revient, « L’amour c’est du pipeau », le public chante et danse. Le paroxysme est atteint quand Brigitte Fontaine chante « Prohibition », des applaudissements et des cris résonnent après quasiment toutes les phrases. De chanson en chanson Brigitte Fontaine danse de son pas de crabe, lève le point, virevolte, fragile et puissante à la fois. Jacques Higelin fait son entrée avec sobriété, leur duo main dans la main émeut les spectateurs à l’unisson. Un sublime duo piano voix, poétique, mystérieux, magique et fantastique emporte Brigitte Fontaine et son public comme lors des grands soirs, elle le dit « C’est un grand soir » ! Higelin revient à la guitare, un duo a capella avec Areski est entonné avec simplicité, le plaisir et le partage sont au rendez-vous.

Un rappel plus loin, Grace Jones est de retour, une nouvelle veste légère, un masque de chat noir sur son magnifique visage, pour honorer les « Soufis » et dire au revoir à la foule en délire « Salam, salam, salam », Grace et Brigitte dans un chant contre chant « Salam, salam, salam ». Grace ôte le masque, danse et chante avec amour et admiration pour Brigitte fontaine « Salam, salam, salam ». Les musiciens et l’équipe sont remerciés, il est tant de partir, souvenirs en tête, liberté en poche et de continuer le combat au quotidien. Higelin revient pour saluer, pudique, l’équipe se rassemble autour de Grace et Brigitte dans un salut collégial il faut accepter leur départ. Une cure de jouvence et de liberté chez Grace Jones et Brigitte Fontaine ferait beaucoup de bien au plus grand nombre !

Tant de liberté, de subversion et de folie artistique en une seule femme cela semble absolument impossible…Impossible n’est pas un mot pour Brigitte Fontaine, ses amis artistes et ses fans le savent. Une énergie digne d’une jeune femme, des rencontres et des duos exaltants, gage d’espoir sans limite. Fontaine nous bûmes tes mots au Bataclan.