1 jour de folie au Festival Le Bon : Air entre gros son et diversité dans la cité phocéenne

5 juin 2018 Par
Alexia Blick
| 0 commentaires

Le Festival Le Bon : Air qui s’est tenu du 1er au 3 juin a fait souffler un vent électro à Marseille. Toute La Culture a pu assister à l’ouverture de cette 3e édition et le moins que l’on puisse dire c’est que l’événement n’a pas manqué d’être coloré et chaleureux. 

C’est dans l’ancienne manufacture de tabac réhabilitée en lieu arty et décontracté, que s’est tenu le Festival Le Bon : Air à la Friche Belle de Mai. Dès 19h, Malcom a fait planer les phocéens dans un cadre encore ensoleillé. Avec 8000m2 de toit terrasse en accès libre, tous ont pu profiter d’un before coloré où se sont mêler familles, jeunes et moins jeunes autour d’un pique-nique improvisé. « Ce qui est cool avec le festival c’est que c’est loin d’être communautaire, ici tout le monde se rassemble, c’est à la fois cosmopolite, étudiant, voire même fashion » Pierrick alias P6R6R6K du collectif Paillettes a été conquis par cette ambiance ultra bonne enfant. C’est ensuite la DJette Perel qui a pris le relais, avec avec son set à l’accent allemand alors que le soleil commençait déjà à se coucher. Pour finir en beauté avant que les hostilités ne commencent rééllement, le collectif Paillettes a diffusé un cri de joie au sein de tout le festival. Arrivés en fanfare avec leurs costumes de queers, ils ont fait briller le Bon : Air avec leurs paillettes, mais aussi les yeux du public avec un show des plus stupéfiant, entre performance et musique. 

Des surprises côté line – up 

Il y en avait pour tout les goûts au Bon : Air, et les Marseillais ont pu danser sur les sons de DJs comme de DJettes puisque le festival a tenu à accorder une place importante à la scène féminine. Avalon Emerson, Marine aka Oko Dj, encore Sassy J ont su faire entendre leur art à travers des sets carrément chiadés. Dans la Ball Room redesignée pour l’occasion, Daniel Avery a ambiancé le public sur une house très maîtrisée. Du côté des découvertes les Aixois de Dub Striker ont assuré leur set dans la salle au décor à 360° avec des sons très rythmés et estivaux, l’une des pépites de cette première journée de festival.

La Friche repensée pour l’occasion

Lieu de résidence culturelle, la Friche Belle de Mai s’est vue parée de ses plus beaux décors pour impressionner les festivaliers, mais aussi leur permettre de circuler à travers ce monumental lieu de fête. Un escalier géant a été mis en place spécialement pour l’occasion pour fluidifier le passage entre les différents niveaux. Coté design les plateaux ont été renommé « La Boîte » et « La Ballroom ». Deux salles, deux ambiances mais avec en commun une scénographie soignée et des jeux de lumières impressionnants qui ont fait planer les festivaliers. Le Cabaret Aléatoire à l’allure de cathédrale, a de son côté gardé son charme originel. Pour lancer sa saison de soirées hebdomadaires, la salle a tenu à ne pas trop dérouter les amateurs de musique, avec une scène simple et efficace pour une ambiance à la hauteur du reste de la soirée. 

Visuels : © Alexia Blick.