« Point de suture ». Point de rupture ? Mylène Farmer

1 septembre 2008 Par marie | 0 commentaires

Septième album en 25 ans de carrière. Mylène Farmer manie toujours avec perfection l’art de se faire désirer. Même si, cette fois, le premier extrait de « Point de suture », « Dégénération », n’a pas toujours agréablement surpris, l’opus est finalement agréable à écouter. Alternant les titres électro, les ballades mélancoliques et les titres plus frais, la rousse la plus connue de France délivre un album plein de promesses pour sa tournée 2009.

Les puristes de Mylène Farmer s’attendaient au pire avec le premier extrait de son septième album « Point de suture », sorti le 25 août. L’électronique « Dégénération » en a déçu quelques uns. Abus de boîtes à rythme. Mais surtout, des paroles à des années lumière des beaux textes romantico-tragico-torturés auxquels la belle rousse nous avait habitué.

Heureusement, Mylène Farmer n’est pas morte. Même si son bonheur personnel, comme l’analysent certains de ses fans, (elle est avec le producteur Benoît di Sabatino depuis 8 ans), rendent sa musique moins souffrante qu’auparavant, ses textes moins acides que dans ses jeunes années (elle aura 47 ans le 12 septembre prochain), la chanteuse et parolière n’a pas perdu de sa verve, et sait toujours marier ses mots à la musique de son complice de toujours, Laurent Boutonnat. Mais le tournant électronique a cependant bien eu lieu, on le sentait déjà dans son précédent album « Avant que l’ombre », notamment avec « Peut-être toi ».

Dans ce dernier opus, « Dégénarion » et « Sextonik » sont les titres les plus techno de l’album. Ils voisinent avec de belles balades mélancoliques très « myléniennes », comme « Point de suture » et « Si j’avais au moins revu ton visage ». Entre les deux, la chanteuse livre aussi des chansons légères et entrainantes comme « C’est dans l’air » et « Appelle mon numéro ».

Un album rafraîchissant finalement, pas trop sombre mais d’une mélancolie subtile. Les fans, toujours nombreux (60 000 singles de « Dégénération » vendus en deux semaines selon la maison de disque Polydor) attendent la tournée de 2009 qui promet d’être moins spectaculaire que la série de sept concerts d’« Avant que l’ombre » au Palais Bercy en 2006. Le prix à payer pour que le show soit transportable en province.

Point de Suture, Mylène Farmer, 2008, Polydor/Universal.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: