Rentrée littéraire : Liquoreuses crevettes

16 juillet 2008 Par Yaël | 7 commentaires

Paru en 2004 aux Etats-Unis et acclamé par la critique « Alcool » (« Liquor ») de Poppy Z. Brite paraît enfin en Français Au Diable Vauvert. « Alcool » est le premier volet d’une série de romans consacrés à deux jeunes chefs cuistots de la Nouvelle Orléans. A la fois exotique et fondant. Sortie le 4 septembre.

Nés dans les quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans, Rickey et G-Man ont commencé à travailler en cuisine dès leur adolescence. Rickey a été reçu dans une grande école de cuisine dans le Nord du pays, mais loin de son ami d’enfance, G-Man, il n’a pas tenu très longtemps. A son retour, ils s’installent ensemble et vivent très modestement mais heureux, surtout quand ils parviennent à trouver un travail au même endroit. Ambitieux, et très bon chef, Rickey ronge son frein dans les cuisines de « L’escargot », où il s’échine à bien faire son travail, malgré la hargne incompréhensible de son boss, Mike Mouton. Bientôt lassé, il finit par rejoindre G-Man dans le bar de quartier où il bosse la nuit : « L’Apostle ». Ensemble, ils se mettent à cuisiner avec inventivité. Le patron du bar laisse les deux compères révolutionner la vie tranquille de l’Apostle, faite de bière et de Burger. Très vite la foule se presse pour goutter leurs trouvailles culinaires. Mais le grand projet de Rickey et G-Man est d’ouvrir leur propre restaurant, où toute la nourriture serait faite à base d’Alcool. Un concept qu’un des plus grands chefs de la région, Larry, trouve génial. Lui aussi « self made cook », considère avec sympathie le talent et la fierté de Avec générosité et sans légèreté, il aide les deux jeunes hommes sans le sou à réaliser leur rêve. Mais le chemin est long et souvent contrarié …

{photo2}

Passée avec brio du genre fantastique et gothique (« Le corps exquis », disponible chez J’ai lu) au thriller culinaire, Poppy Z. Brite sait mettre l’eau à la bouche puis tenir en haleine le lecteur. Son couple de héros est original et attachant. Quand aux descriptions de leurs menus, ce sont de véritables œuvres d’art ! On avale les 500 pages d’ « Alcool » comme un repas à la fois consistant et raffiné. Le parler local et populaire des protagonistes vient encore épicer ce thriller de cuisine. Un régal !

Poppy Z. Brite, « Alcools », trad. Morgane Saynasa, Au Diable Vauvert, 20 euros.

« G-man réduisit en purée les olives kalamata, les câpres et les anchois puis les mélangea avant d’y ajouter du vermouth et de l’huile d’olive vierge extra, tandis que Rickey s’apprêtait à confectionner des saucisses. Il déballa la viande de porc de son panier de boucher rose et la passa à au hachoir mécanique. Après avoir assaisonné son mélange avec de l’ail, des clous de girofle, du sel et du poivre noir, il ajouta des pistaches grossièrement pilées, une généreuse rasade de cognac, et une truffe découpée en petits dés très fins. Il malaxa les trois derniers ingrédients à la main, pétrissant la viande jusqu’à la rendre soyeuse au toucher, sas toutefois écraser les délicates truffes ».

Notez qu’un autre livre de Poppy Z. Brite, épuisé depuis 2 ans, ressort aussi en septembre Au Diable vauvert : « Self made man ».


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments