« Pour la peau » d’Emmanuelle Richard : de la brutalité de l’amour passionnel

11 janvier 2016 Par Marine Stisi | 1 commentaire

Emmanuelle Richard publie, le 7 janvier 2016, son deuxième roman aux éditions de l’Olivier, Pour la peau. Un roman qui retrace une histoire d’amour compliquée, caractérisée par une passion aussi intense que destructrice.

Note de la rédaction :

Comment se remettre d’une histoire d’amour, d’une séparation ? Emma s’était installée dans une ville de province avec son conjoint, S., avant de s’en séparer. Lui est rentré à Paris, elle a préféré rester encore quelques temps. Elle cherche alors un appartement. C’est ainsi que le livre débute, alors que la séparation est acquise, signée, que la porte est ouverte au renouveau.

A la découverte de l’autre

C’est en cherchant son nouveau chez elle qu’Emma va rencontrer l’amour. Elle ne le trouve pas beau, il est beaucoup plus vieux qu’elle, n’est même pas sympathique, ni au premier, ni au second abord. Il lui a trouvé cet appartement, elle ne se rapproche de lui que par des questions administratives. Questions qui deviendront fréquentes, puis plus intimes. Le temps d’un été, Emma et E. formeront presque un couple. Tomberont même un peu amoureux.

Sous un soleil d’été, Emma roule sur son vélo vers un amour impossible. Remplacer un amour par un autre, c’était sa solution la plus évidente puisque les hasards de la vie ne laissent pas toujours le choix. Les deux amants vont apprendre à se découvrir, avancent à tâtons vers ce qu’on pourrait appeler un quotidien. C’est finalement dans le sexe qu’ils se retrouveront le plus, en partant à la découverte de l’autre en faisant tomber les barrières, les a priori. En savourant l’instant, la peau, et le corps de l’autre. En se livrant corps et âme, malgré les risques, malgré les doutes, malgré les blessures que cela peut engendrer. Et que cela engendrera.

La guérison par l’écriture

« Les histoires d’amour finissent mal, en général », chantaient les Rita Mitsouko. Emma ne le cache jamais, et ne laisse pas planer le doute : son histoire avec E. ne donnera rien de bon, et elle écrit, justement, pour ça. Pour guérir, pour oublier. Pour que, quand elle finira son livre, elle puisse mettre cette histoire derrière elle, et la ranger dans la case des souvenirs. Oublier l’emprise d’E. sur elle, l’électricité des corps et la sensation qu’avec lui, tout aurait pu être bien, vraiment bien.

Emmanuelle Richard, dans ce deuxième roman, livre les émotions à chaud d’une femme sensible et prisonnière de son attachement. Avec beaucoup de subtilité et de vérité, elle met en lumière l’impuissance, les faiblesses et les contradictions que peuvent engendrer l’amour. Cet amour qui, parfois, force à suivre envies et passions, bien plus que de raison.

Emmanuelle Richard, Pour la peau, Editions de l’Olivier, 224 pages, 18€.

Visuel : © DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. Ping : Pour la peau | Ma collection de livres

Laissez un commentaire: