Trois Polars pour jeunes flingues aux éditions Rageot…

2 novembre 2015 Par
Le Barbu
| 0 commentaires

Ce mois-ci nous avons sélectionné trois petits polars pour la jeunesse édités aux éditions Rageot. Oubliez la Bibliothèque Verte et la Bibliothèque Rose, le Club des Cinq ou encore les Six compagnons. Les choses ont bien changé ! Ces polars ressemblent de plus en plus à ceux de papa-maman. Tout d’abord Menace sur le Réseau dans la collection Rageot Thriller, pour les plus grands, les ados, dès 14 ans. Et enfin, La signature du tueur et Le manoir aux secrets, dans la collection Heure Noire qui propose deux niveaux de lecture  pour deux âges différents: Heure Noire Rouge, à partir de 12 ans, polar urbain, policier historique ou judiciaire, et Heure Noire Jaune, à partir de 10 ans, enquêtes de quartier, mystères à élucider…

9782700247398-001-G

« Menace sur le réseau » de Laurent Queyssi raconte l’histoire d’Adam Verne, Hacker espion handicapé.
Ce livre passionnant, dont l’intrigue d’espionnage baigne dans une atmosphère futuriste, sait rester ancrer dans la réalité et donc s’ouvre  à un large public. Très bon polar que les parents n’hésiteront pas à piquer sur la table de nuit de leurs enfants…

Grâce à Emma son amie californienne, Adam collabore comme consultant sur un film hollywoodien. Dans la Silicon Valley, il réussit à visiter le laboratoire secret de Glasser, la puissante multinationale qui régit le Web. Mais ce séjour de rêve pour le jeune geek vire au cauchemar quand Emma est enlevée et que son ravisseur le force à améliorer un virus espion hyper sophistiqué. Qui veut s’emparer des données personnelles stockées sur les clouds ? Pour quelles raisons ?

Genèse de Menace sur le réseau de Laurent Queyssi par lui-même :

« Menace sur le réseau est le troisième volet de la trilogie tournant autour du personnage d’Adam Verne, un jeune hacker paraplégique, publié dans la collection thriller de Rageot, et plutôt destiné aux adolescents. On s’y balade de Paris à San Francisco puis Genève, on y croise une espionne de la CIA canon, des bikers énervés, des star hollywoodiennes, une poursuite en Google, non, pardon, Glasser Car, et on y découvre le secret de l’accident de voiture qui a coûté la vie au père d’Adam. Sans parler du retour d’un vieil ennemi… Adam Verne est né d’une commande. Au lancement de la collection Thriller de Rageot, Guillaume Lebeau, connaissant mon affinité avec l’univers de James Bond, m’a demandé de réfléchir à un roman d’aventure et d’espionnage. J’ai décidé de recycler l’idée que j’avais pour un histoire de 007. Après tout, il y avait peu de chance que les ayants-droits de Fleming me demandent un jour d’écrire un roman bondien. C’est comme ça que mon héros s’est retrouvé, dans Infiltrés, au sein d’une course de bagnole à la Gumball 3000. L’idée d’en faire un hacker m’est apparue naturellement. Bien avant Watchdogs ou Mr Robot, il me semblait que les hackers pouvaient – devaient – être des héros modernes, des sortes de décrypteurs de ce monde d’une complexité folle. J’ai ajouté à ce mix des éléments narratifs typiquement bondiens, mais modernisés – les nanas ne sont pas des cruches, par exemple – et je me suis documenté pour tout ce qui concernait le hacking. J’ai rencontré un véritable hacker, personnage fascinant, qui m’a refilé des idées pour certains scènes d’Infiltrés. Le deuxième roman, Dans l’oeil de Lynx, a fait monter la complexité d’un cran, avec une menace plus vaste et des scènes de hacking plus démentes (ou l’on sort parfois du crédible pour rentrer dans la SF, je l’avoue).
Menace sur le réseau vient conclure ce qui sera donc une trilogie et ressemble bien à un climax qui boucle la boucle des personnages et de leur aventure. Si j’ai fait dans la structure classique pour le premier roman et si je me suis amusé avec une idée démente de Robert Anton Wilson dans le deuxième, j’ai adopté pour ce dernier livre une formule de type “seul contre tous”. Adam se retrouve dans une situation inextricable et ne peut compter sur personne, ou presque. Les mystères des précédents romans sont résolus et le cycle se termine pour moi aussi. Après l’écriture de ce texte, j’ai compris que j’étais arrivé au bout avec Adam Verne, que ses aventures se continueraient sans moi dans l’ideaspace… »

Menace sur le réseau de Laurent Queyssi, Rageot Thriller, 224 pages, octobre 2015, Prix : 9.90 €, dès 14 ans.

7191oN9DH3L

« Le Manoir aux Secrets » s’adresse aux plus petits, dès 8-10 ans. Ce roman qui oscille entre polar traditionnel et fantastique est plutôt sympathique, parfait pour les plus jeunes lecteurs qui seront conquis par la captivante intrigue. C’est un roman très immersif qui compile tous les bons ingrédients de ce type de littérature – aventure, effets de surprise, stress-angoisse, ingéniosité, amitié – et l’aspect fantastique ne pose aucun problème.

Les cambriolages se multiplient dans la petite ville où vivent Armand et son amie Pepper. Celle-ci est bien décidée à les arrêter, petite fille curieuse, au caractère fort, courageuse, fonceuse et qui aime se battre. Armand, lui, est un gentil garçon, plutôt peureux, mais qui vient de se découvrir un don extraordinaire : il peut se transformer à volonté en araignée et se glisser partout ! Quand les enfants comprennent que les voleurs sont installés dans le manoir de Mme Mesmer, une horrible vieille dame, ils imaginent un plan machiavélique pour les neutraliser. Ils se glissent par des souterrains secrets jusqu’au manoir…

Le manoir aux secrets de Camille Brissot, Rageot Collection Heure Noire Jaune, septembre 2015, 160 pages, Prix : 7.30 €, dès 10 ans.

71cDc-ZSJvL

« La Signature du Tueur » de Christophe Miraucourt est la troisième enquête d’Arthur. Bienvenue dans le monde de l’édition et des salons du livre. Ce polar n’est pas qu’un roman pour lecteur, c’est aussi un roman pour écrivain et jeune écrivain placé sous l’œil de Stephen King et de Fred Vargas. Le style est simple, efficace, avec une intrigue menée à un bon rythme. Bon polar pour pré-ados qui ont pris goût à l’écriture et qui veulent aller plus loin dans le genre et dans l’exercice du genre. Pour les autres lecteurs c’est une parfaite porte d’entrée dans le roman noir.

Auteur de romans policiers à succès, Arthur est invité à la célèbre foire du Livre de Brive-la-Gaillarde pour rencontrer ses lecteurs. Il y retrouve son meilleur ami Thomas, cloué dans un fauteuil roulant depuis qu’il a été victime d’un chauffard, et fait la connaissance de la jeune bénévole Anne. Arthur alterne les séances de signatures et les discussions avec d’autres écrivains, dont le fameux Peter Wells. Mais Thomas est agressé puis cambriolé.
Qui lui en veut à ce point ? s’inquiète Arthur. Et pour quelles raisons ?

La Signature du Tueur de Christophe Miraucourt, Rageot Collection Heure Noire Rouge, septembre 2015, 160 pages, Prix : 7.30 €, dès 12 ans


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *