« Pukhtu. Primo » de DOA : à l’ombre du monde

16 mai 2015 Par
Le Barbu
| 0 commentaires

DOA, pour « Dead On Arrival » (mort à l’arrivée), est le nom de plume d’un écrivain français de romans noirs originaire de Lyon. Son premier roman, « Les Fous d’Avril » a obtenu le Prix Agostino, prix des lecteurs, au Quai du Polar à Lyon en 2005. Son roman « Citoyens clandestins » a obtenu le Grand prix de littérature policière en 2007. Il publie en mars 2009, à la Série noire, « Le serpent aux mille coupures ». En 2011, il publie avec Dominique Manotti « L’Honorable Société » qui obtient le grand prix de littérature policière 2011. Il est également scénariste de la série télévisée « Braquo ». Il nous revient en ce début d’année 2015 avec  » Pukhtu. Primo« , un roman sombre qui nous plonge dans les zones tribales d’Afghanistan et qui, malgré le dépaysement, n’a rien d’une promenade touristique.

product_9782070135523_195x320

Le terme pukhtu renvoie aux valeurs fondamentales du peuple pachtoune, l’honneur personnel — ghairat — et celui des siens, de sa tribu — izzat. Dire d’un homme qu’il n’a pas de pukhtu est une injure mortelle. Pukhtu est l’histoire d’un père qui, comme tous les pères, craint de se voir privé de ses enfants par la folie de son époque. Non, plutôt d’une jeune femme que le remords et la culpabilité abîment. Ou peut-être d’un fils, éloigné de sa famille par la force du destin. À moins qu’il ne s’agisse de celle d’un homme cherchant à redonner un sens à sa vie. Elle se passe en Asie centrale, en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe et raconte des guerres ouvertes et sanglantes, des conflits plus secrets, contre la terreur, le trafic de drogue, et des combats intimes, avec soi-même, pour rester debout et survivre. C’est l’histoire de notre époque, une époque sombre, clandestine, brutale et dont la violence est globale, banale…

Accrochez vous, c’est un pavé. 688 pages d’une densité folle, obsessionnelle, et complexe. Un roman documentaire à la limite de la non-fiction, qui nous donne la sensation étrange de mieux comprendre les enjeux du chaos Afghan. Pukhtu retrace un peu plus de 6 mois de guerre durant l’année 2008 et offre une immersion quasi totale dans ce que sera la guerre au XXIème siècle: drones, meurtres gratuits, drogues, viols de femmes ou d’enfants, mercenaires, enjeux politiques et économiques… Pukhtu est un roman massif, conjugué au présent, dont la texture ne cesse de s’épaissir au fil des pages. Mais DOA a le talent de savoir nous ménager un peu, de nous laisser respirer, avant de nous replonger la tête sous l’eau, dans un scénario qui vous dévore le cerveau. A lire absolument, en attendant le tome 2.

 » Pukhtu. Primo » de DOA, 688 pages, Série Noire Gallimard, 21 euros, mars 2015.