« Poésie/Gallimard » fête en 2016 son 50e anniversaire!

18 mars 2016 Par Le Barbu | 0 commentaires

« Poésie/Gallimard » fête en 2016 son 50e anniversaire. Avec plus de cinq cents titres publiés, la collection au format de poche, entièrement vouée à la poésie, s’attache à mettre en résonance les poèmes d’aujourd’hui avec ceux de tous les siècles passés.

Logo-Poesie-50-ans-300x222« Poésie/Gallimard » est une collection au format poche de recueils poétiques français ou traduits. Chaque volume rassemble des textes déjà parus en édition courante — tantôt du catalogue Gallimard, tantôt du fonds d’autres éditeurs —, souvent enrichis d’une préface et d’un dossier documentaire inédits. Élégant viatique pour les amateurs de poésie, la collection offre des éditions de référence, pratiques et bon marché, pour les étudiants en lettres. Aujourd’hui dirigée par André Velter, poète, voyageur et homme de radio, la collection reste fidèle à sa triple vocation : édition commentée des « classiques », sensibilité à la création francophone contemporaine (Guy Goffette, Ghérasim Luca, Gérard Macé, Gaston Miron, Valère Novarina…) et ouverture à de nombreux domaines linguistiques (le Palestinien Mahmoud Darwich, le Libanais d’origine syrienne Adonis, le Tchèque Vladimír Holan, le Finnois Pentti Holappa, le Suédois Tomas Tranströmer, l’Italien Mario Luzi…).

La sélection de Toute la Culture :

L’arbre à poèmes d’Abdellatif Laâbi (Anthologie personnelle 1992-2012)

product_9782070468652_195x320

Note de la rédaction :

Abdellatif Laâbi est né à Fès en 1942, au temps du protectorat français au Maroc. Son père est artisan sellier, et sa mère, femme au foyer. Il sort à peine de l’enfance lorsque son pays accède à l’Indépendance. Après des études universitaires à la faculté des lettres de Rabat, il est nommé professeur de français dans un lycée de la capitale. Sa vocation pour la culture se décide tôt. Encore étudiant, il est l’un des créateurs du Théâtre universitaire marocain, qui met en scène des pièces de Bertolt Brecht et de Fernando Arrabal. À la radio nationale, il anime brièvement deux émissions littéraires. En 1966, il fonde avec un groupe de poètes et de peintres la revue Souffles, qui aura un vrai rayonnement, notamment à l’échelle du Maghreb. Au Maroc, elle jouera un rôle déterminant dans le renouvellement des formes d’expression littéraires et artistiques, ensuite dans la contestation de l’ordre social et politique qui régnait à cette époque. La revue est interdite en 1972 et Laâbi est arrêté, torturé, puis condamné à dix ans de prison. Libéré en 1980, suite à une campagne internationale en sa faveur, il quitte le Maroc cinq ans plus tard pour s’installer en banlieue parisienne. Dès lors, son œuvre, essentiellement poétique, touche néanmoins à tous les genres : roman, théâtre, livres pour la jeunesse, écrits sur la culture, essais politiques… Pour autant, il ne renonce pas à ses engagements d’intellectuel citoyen. Ses interventions se multiplient, tant en France qu’au Maroc, contre le despotisme, les obscurantismes de tout bord, et en faveur de la dignité humaine, des libertés et du dialogue des cultures.

L’anthologie personnelle qui paraît en Poésie/Gallimard a pour but d’arpenter le continent poétique d’Abdellatif Laâbi sur un trajet de plus de vingt ans et de se laisser traverser par sa parole rebelle autant que généreuse, parole «adressée», ouverte au partage, qui apporte une réponse sans qu’il soit besoin de discourir. «Lecture roborative, souligne Françoise Ascal dans sa préface, qui lève les doutes quant au pouvoir des mots. La suspicion contemporaine à leur égard, souvent martelée par les poètes eux-mêmes, en est désarmée. La poésie de Laâbi est incarnée, vibrante de toutes les passions humaines, elle va droit à l’essentiel, n’a peur de rien, se joue des modes esthétiques, du poétiquement correct, elle témoigne avec simplicité de ce qui est complexe, elle explore sans répit la condition humaine, entre misère et grandeur pascaliennes, et souffle sur nos capacités de résistance comme sur des braises.»

Figures qui bougent un peu et autres poèmes de James Sacré (Préface d’Antoine Émaz )

product_9782070468638_195x320

Note de la rédaction :

 «Sacré est un poète du paysage, de l’espace naturel cultivé par l’homme, campagne poitevine ou américaine, mais tout autant jardin ou même espace urbain parisien. Cette saisie globale de l’espace se double d’une attention particulière au détail : l’œil s’arrête sur le vert d’un pré ou « des coins de nature où l’autrefois se défait » ; ce peut être aussi un objet particulier, une « pomme troche » par exemple, qui va enclencher le processus de mémoire, l’évocation d’autres lieux, une réflexion sur le temps, ou le développement d’une résonance affective. Le poème de Sacré ne cesse d’établir des ponts, des relations dans l’espace et le temps : « un pied dans la Nouvelle Angleterre l’autre en Poitou ». Le plus souvent, le mouvement de l’écriture va du dehors vers le dedans, de la réalité vers son impact interne sur la sensibilité du poète, créant ainsi un jeu complexe d’échos.
En somme, Sacré peut varier la forme tant qu’il veut puisqu’il reste dans la même unité tonale de langue, la sienne : « des phrases comme une musique plutôt que du sens ». La langue est poussée dans ses retranchements, ses limites, sans devenir obscure ou illisible. En cela, Sacré pourrait être un exemple de poète expérimental clair. S’il ne fait pas allégeance à une langue noble, ce n’est pas par désir de provocation gratuite mais parce que c’est une langue proche de celle qu’il parle et que parlent ceux dont il parle. Ceci posé, lisant, on mesure l’écart produit par l’élaboration du poème entre cette langue commune, sans grands mots, et la langue poétique finale, bien plus complexe dans ses plis et méandres que ne l’est le langage populaire ou paysan, tel qu’on l’entend ou l’imagine.
Poésie incarnée. Elle accompagne la vie, la mort, les choses et leur cours, dans une forme de lyrisme personnel. Ce livre touche profondément le lecteur par la situation humaine qu’il évoque, la maladie et la mort d’un enfant, mais aussi par sa pudeur.» (Antoine Emaz).

Somnambule du jour d’Anise Koltz

product_9782070468621_195x320

Note de la rédaction :

Anise Koltz est née au Grand-Duché du Luxembourg en 1928. À part de très nombreux voyages en Asie, États-Unis, Afrique et Europe, elle a depuis sa naissance toujours vécu dans son pays d’origine auquel elle est très attachée.
Du fait de l’occupation des Allemands pendant la dernière guerre, Anise Koltz sera obligée à s’orienter vers la culture allemande. Ses premiers livres seront donc édités à Luxembourg et en Allemagne. Mais dès les années quatre-vingts, elle n’écrira plus qu’en français, abandonnant complètement l’allemand, sa première langue littéraire. Son mari, le Dr René Koltz étant mort prématurément des suites des tortures que lui avaient infligées les nazis, elle se refuse depuis lors à user de la langue des bourreaux de son époux.
De 1963 à 1974, Anise et René Koltz ont animé les «Biennales de Mondorf» qui se voulaient «un laboratoire, si modeste soit-il, de la construction d’une société multiculturelle».
Avec cette anthologie publiée en Poésie/Gallimard, Anise Koltz explore et expose tous les thèmes d’une œuvre vouée à l’incertitude, à l’inquiétude de ne pas formuler l’essentiel, c’est-à-dire une réalité qui échappe sans cesse, qu’il s’agisse de sa part visible ou du côté caché des choses. Ne souligne-t-elle pas comme s’il s’agissait d’une évidence : «Autrefois, l’homme avait peur de l’avenir, aujourd’hui l’avenir a peur des hommes!»

Les ouvrages cités dans l’article sont publiés dans la Collection Poésie/Gallimard aux éditions Gallimard. 2016


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: