Monsieur Ma, libraire dans la Chine des années 1960

30 janvier 2011 Par
Yaël Hirsch
| 1 commentaire

Retour à Shanghai pour, Qiu Xiaolong, auteur chinois parti aux États-Unis pour étudier et qui y est resté après les évènements de la place de Tian’anmen. « La bonne fortune de Monsieur Ma » est une nouvelle inédite et subtile sur un libraire envoyé en prison pour des raisons mystérieuses dans les années 1960. En librairie le 3 février.

Dans le quartier de la Poussière Rouge, connu à Shanghai pour ses fameuses conversations du soir, parfois suspectées d’être intellectuelles, Monsieur Ma tient une petite librairie où il ne compte pas ses heures et laisse les jeunes gens sans le sou lire sans rien acheter. Sa femme, la douce Madame Ma leur offre même un thé. Mais un soir de 1962, la police vient chercher cet homme tranquille qu’on ne peut pas accuser d’être propriétaire tant il gagne peu d’argent, ni même d’être intellectuel, car il n’a pas de diplôme universitaire… Pourquoi Monsieur Ma a-t-il été arrêté? Le quartier a beau enquêter, la réponse ne viendra qu’après sa réhabilitation, des années après : on murmure que Monsieur Ma détenait une version russe du Docteur Jivago de Pasternak alors que le livre était encore interdit en URSS…

Autour du mystère de l’arrestation de Monsieur Ma, Qiu Xiaolong décrit en anglais tout un quartier qui s’interroge sans faire de bruit, du camarade orthodoxe, au jeune étudiant curieux, en passant par la patiente Madame Ma qui attend son mari en balayant la rue. Le plus frappant est le retour du libraire, et l’idée de fatalité résignée qui se dégage de son accueil… Un morceau coloré et réaliste de la Chine Populaire.

Qiu Xiaolong, « La bonne fortune de Monsieur Ma », trad. Fanchita Gonzales Battle, Liana Levi, collection « Piccolo », 64 p., 4 euros. Sortie le 3 février.