Nos coups de coeur « manga » de cet hiver

28 février 2017 Par
Magali Sautreuil
| 0 commentaires

Cet hiver, de nombreuses aventures vous attendent. Remontez le temps et partez à la découverte de la Renaissance vénitienne avec « Arte ». Combattez des immortels et des sorciers à la puissance phénoménale. Suivez le périple de Link, le célèbre héros hyrulien de Nintendo et retrouvez nos chers amis et âmes soeurs Shaolan et Sakura !


Titre : Arte T.5

Genre : Seinen

Scénariste et dessinateur : Kei Ohkubo

Éditeur : Komikku

Dimensions : Petit format (13 cm de large pour 18 cm de haut) 

Nombre de pages : 191 en noir et blanc

Date de parution française : 01.12.2016

Prix : 7.90 €

arte-t-5

Arte est une jeune femme peintre, qui s’est affranchie de sa condition de noble pour vivre de sa passion. Après quelques débuts difficiles, notre jeune florentine commence à se faire un nom. Elle parvient ainsi à séduire à la fois par son tempérament et par son art Youri, un jeune homme issu d’une riche famille patricienne vénitienne. Ce dernier lui propose de quitter momentanément Florence pour sa rivale, Venise, afin de devenir la préceptrice en bonnes manières de sa nièce Caterina.

À cette époque, Venise est une des villes européennes de la Renaissance qui compte le plus d’amateurs d’art et qui peut s’enorgueillir de posséder certaines des plus grandes collections d’Italie. Riches familles patriciennes, bourgeois, marchands et confréries religieuses représentent autant de collectionneurs potentiels, qui, pour satisfaire leur envie, invitent parfois quelques artistes florentins et romains, une aubaine pour notre chère Arte.

Malheureusement pour elle, elle n’a pas vraiment le pied marin. Or, Venise est une ville où l’eau est omniprésente. Construite sur une lagune, elle abrite de nombreux armateurs et chantiers navals qui font sa richesse. Venise est à cette époque la capitale d’un grand empire commercial et maritime. Plaque tournante de la traite négrière et du commerce en Méditerranée grâce à ses nombreux comptoirs commerciaux, des hommes et des marchandises du monde entier affluent à Venise (étoffes, épices, porcelaine, Ottomans, Espagnols, Grecs…). C’est d’ailleurs cet aspect cosmopolite de la cité des doges qui frappe la jeune femme à son arrivée.

Une fois installée et après trois jours d’apprentissage intensif de l’étiquette vénitienne, elle fait connaissance de Caterina, dont le fichu caractère a déjà découragé plus d’une dizaine de préceptrices. Elle doit lui enseigner les bonnes manières, mais la petite diablesse se montre quelque peu récalcitrante. Elle aussi à une passion qui ne convient pas à une jeune femme de son statut.

Arte parviendra-t-elle à percer son secret ? L’air vivifiant de la République vénitienne saura-t-il lui insuffler quelques idées ? Caterina parviendra-t-elle à lui ouvrir son coeur, alors qu’elle en refuse l’accès à ses parents ?


Titre : The Legend of Zelda : Twilight Princess tome 1

Genre : Shonen

Scénariste et dessinateur : Nintendo / Akira Himekawa

Éditeur : Soleil Manga

Dimensions : Petit format : 13 cm de large pour 18 cm de haut

Nombre de pages : 192 en noir et blanc

Date de parution française : 25.01.2017

Prix : 7.99 €
zeldatwilightprincesst1

Il aura fallu un peu plus de 10 ans pour cette adaptation du jeu vidéo éponyme, sorti en 2006 sur Gamecube et Wii, voit enfin le jour. « The Legend of Zelda : Twilight Princess » compte parmi les épisodes les plus sombres et les plus beaux de la célèbre saga de Nintendo. Visuellement, le manga lui rend fidèlement hommage. Link n’a jamais été aussi beau !

Nous retrouvons notre cher royaume d’Hyrule, ses terres fertiles baignées de lumière et bénies des dieux, aux antipodes du monde parallèle qui le côtoie, où tout n’est que chaos.

Dans ce monde crépusculaire règne Midona, la princesse de l’ombre. Mais Xantos, l’ex-bras droit de son père, le défunt roi, ne l’entend pas de cette oreille et projette de plonger l’ombre et la lumière dans les mêmes ténèbres pour y régner sans partage.

À mille lieues de là, à Toal, un village au Sud-Ouest d’Hyrule, la capitale du royaume, vivent de paisibles paysans. Le cœur sur la main, ils ont accueilli un jeune homme étranger du nom de Link. Rapidement, ce jeune berger, toujours prêt à aider son prochain, est devenu un modèle pour tous les enfants du village.

Mais le jeune homme porte un lourd secret. Il craint que la pénombre ne finisse par le rattraper. Rongé par la culpabilité, il ne cesse de faire des cauchemars, sombres présages qui sembleraient annoncer que la tragédie qu’il a vécue jadis est sur le point de se répéter.

Link réussira-t-il à empêcher ce nouveau désastre ? Quel sort le destin réserve-t-il au porteur de la marque des héros ? Quels mystères renferment la forêt interdite de Firone, à l’entrée du village ? Tant de questions et si peu de réponses dans ce premier tome. Vivement le prochain !


Titre : Tsubasa World Chronicle tome 3

Genre : Shonen

Scénariste et dessinateur : Clamp

Éditeur : Pika Éditions

Dimensions : Petit format 

Nombre de pages : 224 en noir et blanc

Date de parution française : 18.01.2017

Prix : 6.95 €

tsubasa-world-chronicle

Après avoir vaincu Fei-Wan, épaulés par la princesse Sakura et le propriétaire de la boutique de vœux Watanuki, Shaolan et ses compagnons Kurogané, Fye et l’adorable Mokona, se retrouvent contraints de continuer leur exploration des univers parallèles.

À peine se sont-ils retrouvés que Shaolan et sa bien-aimée Sakura sont donc de nouveau séparés. Sont-ils condamnés à souffrir éternellement ? Quel souhait ont-ils émis pour payer un aussi lourd tribut ?

La première étape du long périple de notre cher Shaolan est le Niraikanai. Après avoir séjourné quelques temps dans le Niraikanai de l’endroit, voici qu’il erre avec ses amis dans celui de l’envers, où repose l’âme des morts. Leurs pas les guident vers l’utaki. Seul Shaolan sera admis dans ce lieu sacré où il devra prendre une décision cruciale pour son propre avenir et celui du Niraikanai. En tant que Yuta, porteur du seji, le pouvoir divin, Shaolan devra se battre à mort contre une personne qui lui chère.

Le sort n’épargne guère notre cher ami, mais parviendra-t-il à sauver le Niraikanai ?


 Titre : UQ Holder tome 11

Genre : Shonen

Scénariste et dessinateur : Ken Akamatsu

Éditeur : Pika Éditions

Dimensions : Petit format

Nombre de pages : 192 en noir et blanc

Date de parution française : 14.12.2016

Prix : 6.95 €

uq-holder

« UQ Holder » s’inscrit dans la continuité de « Negima ! Le maître magicien » puisque l’on suit les aventures de Tôta Konoe, le descendant du célèbre magicien Negi Springfield !

Pour soutenir la comparaison avec son grand-père, Tôta ne pouvait être un garçon ordinaire. Étant « allergique » à la magie, il ne peut certes pas l’égaler dans ce domaine. Par contre, il est immortel, ce qui est à la fois une chance et une malédiction !

Comme son grand-père au même âge, toutes les filles sont à ses pieds ! Ayant ingurgité en cachette des chocolats contenant une drogue qui pousse à se confier, il met toutes les femmes en émoi. Karin, la « sainte d’acier », une immortelle intraitable, est en passe de laisser tomber son masque de froideur. Yukihime, la terrible vampire Evangeline MacDowell, hésite entre amour maternel et conjugal. Shinobu Yûki, une mortelle pas bien costaude férue de mécanique, se sent pousser des ailes. Kirié Sakurame, une immortelle qui ne jure que par son argent, capable de remonter le temps à l’infini, est à nouveau prête à accorder sa confiance à quelqu’un. Mizore, la mignonne petite naine héritière du Konzern Yukihiro, entend bien devenir l’épouse de Tôta Konoe. Enfin, l’hermaphrodite Kurômaru Tokisaka, un talentueux guerrier immortel de l’école Shinmei, ne peut se décider entre son amitié et son amour pour lui.

Le cœur de toutes les demoiselles de l’auberge imaginaire se trouve ébranler par cet énergumène de Tôta au plus mauvais moment : l’auberge est prise d’assaut par les milliers de spectateurs venus assister aux jeux olympiques du système solaire et au tournoi de Mahora !

Heureusement, les effets de la drogue se dissipent juste à temps pour que chacun puisse se concentrer sur les épreuves. À cette occasion, Tôta va pouvoir en apprendre davantage sur son grand-père, en rencontrant d’anciennes élèves de la 3-A du collège Mahora.

Suite aux révélations sur son grand-père, Tôta va se trouver confronter à un dilemme cornélien : Sauver Negi ou le monde entier ? Plusieurs choix s’offrent à lui. Doit-il faire confiance à sa tutrice Yukihime ou à l’ami de son aïeul, Fate Averruncus, le magicien le plus puissant du système solaire ? Le temps jouera-t-il en sa faveur ou contre lui ?