[Live-Report] Ouverture du salon du livre de Paris 2016

17 mars 2016 Par Yaël | 0 commentaires

Alors qu’il s’ouvre jeudi 17 mars 2016 pour 4 jours de débats, de signatures et de lecture, Porte de Versailles, le 36e « Livre Paris » vernissait assez chaleureusement sous les auspices d’une riche et élégante année de la Corée en France. Petit tour de piste d’un salon en pôle position. 

Juste avant que ne commencent verres de vin et mondanités intimes, toujours très attendus au vernissage du salon du livre, vers 19h, les stands étaient  déjà bien installés, avec pas mal de place encore vide vers le fond du parc des expositions.

On a beau nous dire que l’édition numérique ne représente que 3 % des ventes de livres et qu’Amazon réinvestit dans des librairies physiques, le digital est en bonne place à ce salon du livre 2016, avec un lumignon Amazon en bonne place et une foule de stands réservés par des supports d’autoéditions venu du monde entier proposant d’être « édité gratuitement » ou « sans frais ».

A l’image de son affiche, cette édition 2016 du salon du livre semble mettre l’enfant à l’honneur et toutes les  grandes maisons ont des panneaux dédiés aux livres jeunesse. Au fond du salon, les littératures néerlandophones enjoignent petits et grands à aller écouter leurs lettres lues dans … un petit moulin. Tandis que les éditions fêtaient avec une grande affiche le centenaire de Roald Dahl, les édition Gründ, elles affichaient leur jeu de lecture « Trouvez Charlie » qui résonne assez étrangement avec l’actualité alors que le Président Hollande venu au vernissage s’est surtout exprimé sur la « liberté d’expression ». Et l’on note également la quasi absence visible de médias dans le salon (sauf Le Figaro, partenaire, Libération et France Culture).

Les « grands », eux, voient leurs héros à plume divinisés à travers de grands posters iconiques où Olivier Adam ou Philippe Djian apparaissent comme des stars de télé. Et comme il se doit un soir d’ouverture, les auteurs phares des grandes maisons étaient bien présent par exemple Mathias Enard, prix Goncourt 2015, très présent et semblant déjà prêt à rencontrer son public au double stand des éditions Actes Sud.

Alors que les régions brillent toujours plus et que les maisons d’édition tendent à se réunir en branches selon leurs groupe, au centre du dispositif, plusieurs invités, dont la Corée du Sud, qui étale élégamment et un peu solennellement les visages de ses grands auteurs au cœur de l’espace. C’est monumental, on connaît mal les grandes plumes coréennes vivantes et en noir et blancs cela ressemble à un mémorial, mais il n’empêche que « ça a de la gueule ». Autre grand invité(e)s du salon : les ville de Brazzaville et Pointe noire qui donnent lieu à un stand bigarré et surtout ouvert aux concerts et à la musique. Et de manière générale, il n’est pas rare de voir la musique présente à ce vernissage du mercredi 16 mars 2016.

Et sinon, notre stand chouchou? Rendez-vous au fond du salon pour un stand roumain magnifiquement mis en scène et célébrant le centenaire du dadaïsme en beauté et en livres…

Avant un week-end plus familial, ne manquez pas la nocturne festive de ce soir, avec entre autres, un drawing show de dessinateur coréen Kim Jung-gi et la célébration des 50 ans de la Maison Christian Bourgois. Informations, ici.

visuels : YH


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: